Nantes: Le «Maillé-Brézé» prend des couleurs

INSOLITE Le bateau de guerre est repeint par deux artistes du street-art. L'œuvre doit durer au moins six mois...

Frédéric Brenon

— 

L'œuvre sera surtout visible du côté droit de la coque, face à l'île de Nantes. Lancer le diaporama
L'œuvre sera surtout visible du côté droit de la coque, face à l'île de Nantes. — F.Brenon/20Minutes

Dans quelques jours, il sera méconnaissable. Deux artistes français réputés dans le domaine du street-art, Velvet et Zoer, s’attaquent depuis le week-end dernier à un chantier aussi colossal qu’insolite : repeindre le Maillé-Brézé ! Ce bateau de guerre devenu musée naval, amarré au quai de la Fosse à Nantes depuis 1988, va en effet troquer son austère robe grise pour une parure nettement plus colorée.

Peintures de camouflage réinterprétées

L’œuvre, produite dans le cadre du festival d’art urbain Teenage kicks, recouvrira toute la partie droite de la coque (celle qui fait face à l’île de Nantes), de même que les superstructures (passerelle, cheminées, canons, etc), soit plus de 1000 m2 à peindre. Elle sera en revanche plus réduite côté quai. L’objectif sera de réinterpréter les Razzle dazzle, ces peintures de camouflage ressemblant un peu à des rayures de zèbre, très utilisées sur les bateaux militaires durant les deux Guerres mondiales.

Le chantier, réalisé entièrement au rouleau industriel depuis une barge, doit durer une quinzaine de jours. Il aura nécessité 300 litres de peinture et un « gros travail préparatoire », notamment sur informatique.

« C’est un truc de dingue »

« On adore l’univers maritime alors là, pour nous, c’est incroyable, un truc de dingue. C’est un support tellement riche qu’on pouvait imaginer plein de choses. Mais il fallait aussi que les anciens combattants s’y retrouvent. Revisiter les Razzle dazzle, un épisode historique méconnu, ça a du sens », explique Fred, alias Zoer.

Intriguée au départ, l’association Nantes marine tradition, propriétaire du navire, a donné carte blanche aux artistes à condition que l’œuvre soit éphémère. « C’est prévu pour durer six mois, explique Fred. Une couche de cire protectrice a été étalée au préalable afin de pouvoir enlever la peinture au karcher le moment venu. On veillera aussi à ce qu’il n’y ait aucun rejet dans le fleuve. »

« Ce projet est une occasion unique de faire parler du bateau, se réjouit Guy Paichereau, vice-président de l’association. C’est aussi un contre-pied au Voyage à Nantes, qui ne nous inclut jamais dans sa programmation. »

Construit en 1955 à Lorient, le Maillé-Brézé a été escorteur d’escadre puis navire de lutte anti sous-marine au service de l’armée française pendant plus de 30 ans. Il est classé monument historique.