Vendée: Pourquoi le parc du Puy du Fou ouvre sa propre école primaire

EDUCATION Unique en son genre, la nouvelle école privée accueille à partir de ce mardi 48 élèves de la petite section au CE2 sur le site du parc à thème...

Frédéric Brenon

— 

Le Signe du triomphe, spectacle de gladiateurs et de chars dans une arène, est l'un des spectacles phares du Puy du Fou.
Le Signe du triomphe, spectacle de gladiateurs et de chars dans une arène, est l'un des spectacles phares du Puy du Fou. — Puy du Fou

L’étonnant projet devient réalité. Le parc à thème du Puy du Fou, situé aux Epesses en Vendée, ouvre ce mardi matin les portes de sa propre école maternelle et élémentaire. Unique en son genre, cette école privée accueille 48 élèves répartis dans quatre classes et six niveaux allant la petite section au CE2. Tout ce qu’il faut savoir.

Quels enseignements dispensera l’école ?

Baptisée la Puy du Fou académie, l’école proposera une formation scolaire classique, avec un accent porté sur l’apprentissage de l’anglais et l’histoire, alliée à une « formation artistique d’excellence » reposant principalement sur le théâtre et la gymnastique. Aucun enseignement religieux n’est officiellement prévu. La semaine dure 28 heures étalées sur quatre jours. Les moyens pédagogiques sont confortables puisque pas moins de 14 personnes, dont cinq enseignants et quatre formateurs artistiques, sont au service d’un effectif d’élèves peu fourni.

Qui sont les élèves ?

Ceux qui effectuent leur rentrée ce mardi sont des enfants âgés de 3 à 9 ans, 50 % de filles et 50 % de garçons. La plupart sont Vendéens et 40 % d’entre eux sont « Puyfolais », c’est-à-dire déjà membres bénévoles de l’association Puy du Fou. Leurs parents paient des frais de scolarité s’élevant à 90 euros par mois sur dix mois de septembre à juin. Pour les années suivantes, la Puy du Fou académie envisage d’ores et déjà de créer des classes de CM1, CM2, puis un enseignement de second cycle (collège, lycée)

Pourquoi une école primaire pour un parc à thème ?

L’objectif à long terme pour le Puy du Fou est de former de futurs artistes de haut niveau capables d’évoluer, dans le cadre d’un métier, dans ses spectacles. « On aspire à ce que les élèves puissent accomplir l’ensemble de leur scolarité à nos côtés, confirme Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou. Cette école, c’est le croisement à l’échelle française du modèle d’enseignement anglo-saxon et du modèle de formation oriental que l’on peut trouver au cirque de Moscou ou au cirque de Pékin. » Bien sûr, « chaque élève est libre d’arrêter et de s’orienter à tout moment vers un enseignement scolaire classique ».

Qu’en pensent le rectorat et les syndicats d’enseignants ?

Malgré son statut d’école privée hors contrat avec l’éducation nationale, le nouvel établissement fera l’objet de vérifications sur la conformité des locaux et sur les diplômes du personnel, indique le rectorat des Pays de la Loire. « Il y aura également des inspections pour contrôler le respect du programme pédagogique et les acquis de chaque niveau », précise l’académie de Nantes. « On ne s’étonne plus de rien en Vendée, considère de son côté Jean-Jacques Bobin, co-secrétaire départemental du syndicat Snuipp-FSU 85. Cette école a un côté communautaire qui interroge, forcément. Les enseignements seront peut-être de qualité, mais l’objectif final me paraît plus enfermant pour l’enfant que l’inverse. Le monde est un peu plus ouvert que le seul site du Puy du Fou, même si ce dernier est une réussite. On est loin de l’école pour tous que nous défendons. »