« On peut dire que c'est un carton ! »

©2007 20 minutes

— 

Denis Turmel

Directeur du Zénith de Nantes métropole.

Le Zénith nantais a conclu mercredi soir

la première saison de son histoire.

Quel bilan en dressez-vous ?

On est vraiment satisfait. On peut même dire que c'est un carton ! Nous sommes bien au-dessus des objectifs de fréquentation. Nous visions 320 000 spectateurs en un an. Or, depuis l'ouverture début décembre, nous en avons accueilli plus de 380 000. C'est mieux que la plupart des grandes salles françaises cette année. Cela va faire de nous le premier Zénith de province.

Quels moments forts avez-vous retenu ?

L'inauguration, bien sûr, avec notamment Bruel et Aubert. Le concert de Tool, sans doute l'un des plus beaux spectacles. Les Enfoirés ont évidemment marqué les esprits par rapport à la forte demande, tout comme Polnareff, Noah ou Johnny. Je retiens également Florence Foresti, qui a fait à Nantes sa plus grosse fréquentation de l'année, Linda Lemay pour qui c'était le premier Zénith, Olivia Ruiz, Deep Purple. Et aussi Evanescence, c'était vraiment énorme.

Y a-t-il des choses à améliorer cet été ?

On sait que le rapport scène-salle plaît beaucoup aux artistes : Bruel a dit qu'il était fan, Toto et Motörhead l'ont aussi trouvé super. Mais certains ont jugé l'espace de vie artistique un peu froid. On va le rendre plus convivial. Côté public, on va agrandir le parvis de façon à pouvoir mettre plusieurs grandes files d'attente face à l'entrée. Et les problèmes de stationnement et de nuisances aux riverains vont se régler avec de nouveaux parkings à l'automne.

Comment se présente

la saison 2007-2008 ?

Un peu plus faible je pense, comme un peu partout en France, car beaucoup de grosses machines avaient choisi 2007 pour leur tournée. Et puis nous avons jusque-là bénéficié de l'état de grâce de la première année. Mais je ne suis pas inquiet. On travaille en ce moment sur quelques bonnes surprises.