Justice douce pour les manifs

©2007 20 minutes

— 

Deux mois après les faits, le tribunal correctionnel de Nantes juge une à une les « incivilités » commises lors des manifs anti-Sarkozy des 6 et 7 mai. Hier, six jeunes étaient jugés pour des heurts avec la police. Une étudiante de 26 ans a ainsi écopé de 40 heures de travail d'intérêt général (TIG), pour avoir jeté un pavé dans la vitrine d'une banque, rue de Strasbourg. Une « peine civique » qui satisfait à la fois l'avocat de la jeune femme et le parquet. Celui-ci réclamait en effet « soit un TIG, soit une amende musclée ». Au total, 178 grenades lacrymogènes avaient été tirées par la police ces deux soirs-là.