Hermine de Nantes: «En point de mire la Pro A rapidement», annonce le président Jean-Luc Cadio

BASKET L’Hermine de Nantes, quart de finaliste des play-offs en fin de saison dernière, débute son 21e exercice consécutif en Pro B…

David Phelippeau

— 

L'entraîneur Franck Collineau et le nouveau président Jean-Luc Cadio.
L'entraîneur Franck Collineau et le nouveau président Jean-Luc Cadio. — David Phelippeau / 20 Minutes

Il serait donc fini le temps où à l’orée d’une saison l’entraîneur de l’Hermine de Nantes se plaint du manque de moyens pour construire son équipe ? « Dans l’histoire du club, il n’y a jamais eu autant de masse salariale mise à disposition du coach [pour recruter] », confirme le vice-président Pierre-Yves Bichon. L’Hermine de Nantes, pensionnaire historique de Pro B [21e saison d’affilée dans l’antichambre de l’élite], serait-elle en train de démarre une nouvelle ère ? « Après des objectifs de disette [maintien] pendant des années, maintenant, c’est l’objectif raisonné des play-offs. » Et c’est le coach nantais Franck Collineau qui le dit en personne.

Un nouveau parquet à défaut de la Trocardière

Nouveaux discours, nouveaux hommes. Jean-Luc Cadio, fraîchement élu président, voit plus loin : « On veut s’installer durablement en play-offs, mais en point de mire, on a la Pro A ! » Avec le doux rêve d’y être lorsque l’Hermine de Nantes deviendra locataire de la nouvelle salle de Trocardière, à Rezé, dans 3 ans. En attendant, le club nantais se contentera d’un nouveau parquet à Mangin-Beaulieu et sans doute très vite d’une nouvelle tribune et d’un espace VIP…

Un effectif chamboulé

Pour réussir l’objectif des play-offs en fin de saison, l’Hermine de Nantes, dont le budget sera de 1,9 million d’euros [contre 1,6 la saison dernière et 2,5 millions d’euros prévus dans un an], a renouvelé dans les grandes largeurs son effectif. L’historique Nicolas Gayon a par exemple rallié son sud natal et six nouveaux joueurs sont arrivés, dont le dernier en date le pivot américain Jordan Morgan, véritable tête de gondole du recrutement nantais. « Assez peu de gens pensaient qu’il signerait chez nous car beaucoup pensaient qu’il était surdimensionné pour la Pro B ! », se réjouit, le sourire aux lèvres, Franck Collineau, qui n’oublie pas de demander de la patience vis-à-vis d’un groupe totalement remodelé.