Notre-Dame-des-Landes: Le jugement sur les recours environnementaux rendu ce vendredi

PROJET D'AEROPORT La décision du tribunal administratif de Nantes est extrêmement attendue...

Frédéric Brenon

— 

Des opposants au projet d aeroport de Notre Dame des Landes manifestent devant le tribunal administratif de Nantes durant l audience au cours de laquelle 17 recours portant sur la loi sur l eau et les especes protegees sont examines. Nantes le 18 06 2015./SALOM-GOMIS
Des opposants au projet d aeroport de Notre Dame des Landes manifestent devant le tribunal administratif de Nantes durant l audience au cours de laquelle 17 recours portant sur la loi sur l eau et les especes protegees sont examines. Nantes le 18 06 2015./SALOM-GOMIS — SIPA

C’est ce vendredi que le tribunal administratif de Nantes doit rendre son jugement concernant les recours environnementaux formulés par les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ces derniers contestent l’arrêté préfectoral autorisant le coup d’envoi des travaux.

Avantage psychologique aux pro-aéroport

L’audience s’est tenue le 18 juin et le rapporteur public avait préconisé le rejet de l’ensemble des requêtes formulées par les opposants. Celles-ci portaient principalement sur l’atteinte aux zones humides et le transfert des espèces protégées. Le magistrat avait notamment mis en avant les « raisons impératives d’intérêt public majeur » à l’aménagement d’un nouvel aéroport, en raison de la saturation à venir de Nantes-Atlantique et des nuisances sonores conséquentes dues au survol du centre-ville. De bon augure pour les pro-aéroport, sachant que les recommandations du rapporteur public sont suivies par les juges dans la plupart des cas.

Les opposants gardent espoir

Les avocats des associations opposées à l’aéroport avaient, de leur côté, insisté à de nombreuses reprises sur l’insuffisance des mesures compensatoires proposées par l’aménageur Aéroports du grand ouest (Vinci) et sur l’alternative crédible que constituait une optimisation de l’actuel aéroport Nantes-Atlantique. « Il y a des motifs d’être optimistes, même s’il demeure des désaccords fondamentaux avec le rapporteur public, réagit Thomas Dubreuil. Les juges ne le suivent pas toujours. Ça s’est déjà vu sur de gros dossiers. »

Jugement très attendu

La décision du tribunal est très attendue puisque ces recours environnementaux sont avancés depuis longtemps par les opposants comme l’un de leurs principaux atouts. Ces recours sont également ceux sur lesquels se base l’accord politique entraînant la suspension des travaux passé avec le gouvernement avant les municipales 2014.