Notre-Dame-des-Landes: Les opposants se rassemblent ce week-end, en pensant à la semaine prochaine

PROJET D'AEROPORT Les anti-aéroport organisent leur quinzième rassemblement estival de lutte contre les projets «inutiles», une semaine avant la décision du tribunal concernant les recours environnementaux...

Frédéric Brenon

— 

NOTRE DAME DES LANDES, le  17/11/2012 Manifestation contre le projet d aeroport Notre dame des landes
NOTRE DAME DES LANDES, le 17/11/2012 Manifestation contre le projet d aeroport Notre dame des landes — FABRICE ELSNER/20 MINUTES

Aucune raison de déroger aux habitudes. Pour la quinzième année de suite, les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes organisent samedi et dimanche un grand rassemblement estival près du site aéroportuaire.

Au programme de ce rendez-vous ayant attiré plus de 10.000 personnes l’an passé : débattre de nombreux projets considérés « inutiles » (Center Parcs Roybon, Ferme des mille vaches…), évoquer les luttes sociales et enjeux environnementaux, et, bien entendu, affûter les arguments contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Des expositions, animations pour enfants, bals et concerts (moins que les années précédentes) sont également prévus.

Une délégation du Tribunal permanent des peuples

Autre temps fort annoncé : la venue d’une délégation du Tribunal permanent des peuples. Cette instance internationale d’opinion, fondée en 1979, examinera une plainte concernant le projet de Notre-Dame-des-Landes.

« Les sentences de ce tribunal ne sont que morales, mais elles ont un certain poids auprès de la communauté internationale. Cette plainte va donner une nouvelle dimension à notre lutte », est persuadé Dominique Fresneau, l’un des porte-paroles de l’Acipa, principale association opposée à l’aéroport.

Les esprits tournés vers le tribunal administratif

Ce nouveau rassemblement des opposants s’inscrit dans un contexte particulier puisque la semaine suivante, le vendredi 17 juillet, le tribunal administratif rendra sa décision concernant deux volets de recours environnementaux (loi sur l’eau et espèces protégées) déposés contre l’arrêté préfectoral autorisant les travaux de construction.

La décision du tribunal est très attendue puisque ces recours sont avancés depuis longtemps par les opposants comme l’un de leurs principaux atouts. Ces recours sont également ceux sur lesquels se base l’accord politique entraînant la suspension des travaux passé avec le gouvernement fin 2013.

A lire aussi : Première victoire en justice pour les anti-aéroport

Les opposants veulent y croire

L’audience a eu lieu le 18 juin et le rapporteur public a préconisé de rejeter l’ensemble des requêtes déposées par les opposants. Que décideront les juges, sachant que la préconisation du rapporteur est suivie dans la plupart des cas ? « On ne va préjuger du résultat. On espère seulement une décision courageuse », commente Dominique Fresneau., dont l’association prévoit d’ores et déjà de faire appel si le recours est débouté.

L’Etat pourrait-il alors lancer la construction comme le réclament avec insistance les partisans du projet ? « L’accord stipule que l’ensemble des recours, y compris ceux en appel, soient épuisés avant le démarrage des travaux, assure Dominique Fresneau. Il n’y a aucun doute là-dessus. Je n’imagine pas que François Hollande revienne sur sa parole. On est à six mois de la Cop 21, les élections régionales approchent, ce serait un très mauvais signal envoyé aux électeurs. Je n’y crois pas. Et si c’était le cas, on sera là pour réagir. »