FC Nantes: Adrien Thomasson, la future très bonne pioche du mercato?

FOOTBALL A la découverte d'une des recrues offensives des Canaris, ancien de l'ETG...

David Phelippeau, avec F.H.

— 

Le nouveau milieu de terrain offensif du FC Nantes Adrien Thomasson.
Le nouveau milieu de terrain offensif du FC Nantes Adrien Thomasson. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Et si le FC Nantes avait réalisé sur le marché des transferts un joli petit coup ? Début juin, le milieu de terrain offensif d’Evian Adrien Thomasson (21 ans) est transféré au FCN pour 800 000 euros. La révélation de l’ETG la saison dernière a choisi Nantes alors que d’autres clubs de L1 lui faisaient la cour.

A Vannes, club dans lequel Thomasson est prêté il y a deux ans (2013-2014), le milieu de terrain offensif a laissé un extraordinaire souvenir. « La France va le découvrir, c’est quelque chose vraiment ce joueur, s’enthousiasme David Bouard, entraîneur adjoint du VOC (National) à l’époque. C’est un garçon d’une grande intelligence pour son âge. Beaucoup de gamins sont pétris de talent, mais bêtes. Lui, non. J’ai toujours été surpris par sa maturité. »

Un milieu de terrain à l’aise sur le côté gauche

En 2013, il quitte pour la première fois sa Savoie natale pour effectuer un essai en Bretagne. « Au bout de deux jours, la décision était prise, se souvient Loïc Désiré, directeur sportif de Vannes à l’époque. On cherchait un profil de joueur qui allait vite, sur un côté, excentré droit ou gauche. » Thomasson est alors le candidat idoine.

« Sur les cinq premières minutes de l’essai, j’ai dit qu’il fallait le prendre, embraie Bouard. Tout ce qu’il faisait - contrôles-passes - c’était propre. » A Vannes, Thomasson inscrira huit buts et fera huit passes décisives en une trentaine de matchs. « On le mettait sur un côté, à gauche, sur son pied opposé, explique Bouard. A la Ribéry ou Henry, il a une grosse faculté à rentrer pied droit car il a une grande aisance technique. C’est plus un passeur qu’un buteur. »

Désiré l’imagine aussi à l’avenir « dans un rôle de n°8, axial ». « Ce n’est pas un gros récupérateur, mais il a une telle clairvoyance dans le jeu, une telle intelligence. Il est dynamique, tonique, mais manque de puissance pour prendre de vitesse au-delà de 15 mètres. » Très altruiste, « mais sans doute pas assez égoïste », pour Bouard.

A Vannes, il a séduit au niveau du foot et au niveau humain

Humainement, Thomasson a aussi fait l’unanimité dans le Morbihan. « C’est une très bonne personne, se rappelle Damien Lechêne, entraîneur des gardiens à Vannes. Il venait d’Evian, il aurait pu se reposer sur ses lauriers. Ce ne fut pas le cas. C’était un vrai exemple pour les jeunes. Il arrivait souvent avant tout le monde pour faire de la musculation. »

La saison à Vannes sera une vraie réussite, mais pourtant Thomasson repart à Evian l’été dernier. « Là-bas, il a vécu trois premiers mois difficiles », raconte Désiré, qui est en contact téléphonique régulier avec lui. Le milieu offensif évolue avec la réserve de l’ETG (CFA 2).

Pascal Dupraz lui tresse des lauriers

Puis, au fil de la saison, Pascal Dupraz lui fait confiance. Au point de devenir un maillon essentiel [20 fois titulaire, deux buts et quatre passes décisives] d’une formation en souffrance.

Après un match, l’entraîneur d’Evian encensera même sa jeune pousse : « Adrien est un Savoyard donc je ne suis jamais impressionné par mes frères. Il a le caractère bien trempé et des qualités de footballeur. Il est capable de courir sans s’arrêter. Et il prouve à lui seul - comme d’autres joueurs l’avaient fait avant lui - qu’on sait faire du ski mais aussi jouer au foot ! »