Clisson: Le Hellfest a 10 ans, certains de ses festivaliers aussi!

MUSIQUE Parmi les dizaines de milliers de participants au Hellfest, ce week-end, «20 Minutes» a été à la rencontre des plus jeunes...

Julie Urbach
— 
Fanch, 10 ans, avec ses parents
Fanch, 10 ans, avec ses parents — J. Urbach/20 Minutes

Ses copains écoutent Black M, Kendji ou Louane. Lui est plutôt Sticky Boys ou Korn. Ce week-end, Fanch en prend plein les yeux et les oreilles. Pour son dixième anniversaire, début juin, le petit garçon a eu un joli cadeau : un billet pour le Hellfest. « J’adore, c’est super », sourit le blondinet, T-shirt noir et bracelet en cuir autour du poignet. Assis dans l’herbe avec ses parents et son grand frère, à quelques dizaines de mètres de la grande scène, il secoue la tête en rythme. « Il baigne dedans depuis qu’il est né, explique Catia, la maman. On tient un café-concert dans le Doubs où l’on invite des groupes de métal. »

>> Nos photos du Hellfest 2015

Mais Fanch n’est pas le seul enfant parmi les festivaliers de l’un des plus grands événements de musique extrême d’Europe, qui fête sa 10e édition de vendredi jusqu’à ce dimanche soir. Si les organisateurs déconseillent la venue de ceux de moins de 5 ans, l’entrée est gratuite pour les moins de 12 ans. Un tarif réduit est proposé pour les ados, jusqu’à 16 ans.

« Ma fille fête ses 10 ans cette année, c’était l’occasion de l’emmener et de vivre ensemble notre premier Hellfest, s’enthousiasme Stéphanie, 34 ans, accompagnée de la jeune Anna-Sophia, élève de CM1, chapeau aux couleurs du festival sur la tête. Ça va la mettre dans le chemin du rock, la cadrer, faire son éducation musicale ! »

« Ca fait battre mon cœur plus fort »

Reste qu’au Hellfest, une bonne dose de décibels est lâchée tout le week-end. « Moi j’adore, ça fait battre mon cœur plus fort », hurle Coline, 9 ans, qui s’agite dans la fosse, un gros casque jaune sur les oreilles. Protégée du bruit et du soleil (grâce à un bandana aux motifs tête de mort) la fillette vit son deuxième festival, en compagnie de son papa. La première fois, elle avait 7 ans. « Je lui ai fait écouter cette musique et elle a aimé, je ne la force pas, assure Cyrille, chauffeur-livreur. Ca lui fait découvrir une autre culture, d’autres choses, et à ceux qui disent que ce n’est pas un endroit pour les enfants, je pense au contraire que ça fait partie de la vie. »

« On veut montrer à notre fils que ces gens-là sont cool, au-delà des looks parfois impressionnants et des préjugés, continue Catia, la maman de Fanch. Il y a une super-ambiance ici, jamais de bagarre. Ce n’est pas le cas dans tous les festivals. »