Les petits candidats font l'économie des bulletins

NANTES A charge à leurs électeurs d'inscrire leur nom sur un papier blanc...

Guillaume Frouin

— 

Les bulletins d’une demi-douzaine de petits candidats aux législatives manquaient à l’appel aujourd’hui, dans certains bureaux de vote de la région nantaise. Il s’agissait, pour l’essentiel, de candidats du RIC (Rassemblement pour l’initiative citoyenne) et de ceux du Parti humaniste.

«Ils n’ont pas voulu mettre de bulletins partout, car ils ne sont pas sûrs de rentrer dans leurs frais», explique-t-on à la direction de la réglementation et des libertés publiques de la préfecture de Loire-Atlantique. Charge alors à leurs électeurs d’inscrire, sur papier libre, le nom de leur favori.

«Il faut que les dimensions soient à peu près identiques à celles d’un bulletin de vote standard», insiste Bernard Boulogne, directeur du service. «Le nom de l’élection, celui du candidat et de son suppléant doivent aussi apparaître.» Le bulletin manuscrit reste toutefois à l’appréciation du président du bureau de vote, qui peut l’invalider au dépouillement s’il estime qu’il comporte un signe distinctif.

Cette pénurie de bulletins de vote ne serait pas isolée, à en croire Bernard Boulogne. «Même si ce n’est pas très fréquent, ça arrive de temps en temps», estime-t-il.