Nantes: A l'usine LU de la Haye-Fouassière, BelVita grignote le Petit-beurre

ECONOMIE Par an, quelque 14.000 tonnes de ces biscuits conçus pour le petit-déjeuner sortent de l'usine, située au sud de Nantes...

Julie Urbach

— 

Biscuits LU Lancer le diaporama
Biscuits LU — J. Urbach/ 20 Minutes

C’est le produit emblématique de la biscuiterie LU. Il faut dire qu’il est craquant, avec ses quatre oreilles et ses 48 dents. Sauf qu’à l’usine de la Haye-Fouassière, dans le vignoble, le véritable petit-beurre LU, créé en 1886, n’est plus la star.

S’il s’en fabrique tout de même encore quelque 9.000 tonnes par an, BelVita lui a volé la vedette. Depuis quelques années, ces biscuits au miel, pépites de chocolat, ou céréales, spécialement conçus pour le petit-déjeuner, cartonnent : 10.000 tonnes sortent chaque année de l’usine, sans compter les quelque 4.000 des derniers-nés, les « sandwichs », fourrés au lait, au yaourt ou à la pâte choco-noisette.

Un marché étranger

« Contrairement au Petit-beurre, exclusivement vendu en France, les BelVita sont aussi produits pour l’étranger », explique Eric Houdet, directeur de l’usine, qui a déménagé de la tour LU pour le sud de Nantes en 1986. Ce mardi, sur la ligne de production consacrée aux biscuits sandwichs, des dizaines et dizaines de paquets violets défilent. Dedans, des Vitasnella, destinés aux tables de petit-déj des familles italiennes.

 

« Les Anglais, habitués aux cookies ou au short bread, en sont fans, confirme-t-on au service marketing de la marque. Avec BelVita, on a créé là-bas le marché du biscuit petit-déjeuner. » De nouvelles recettes sont même en préparation pour la rentrée.

Moderniser l’outil

Pour autant, les autres classiques ne sont pas oubliés dans ce développement. Car à la Haye-Fouassière, on confectionne aussi les gaufrettes à la framboise Paille d’Or, les gâteaux apéros Crackers Belin, ou les petits frères du Petit-beurre comme le Thé, ou le Petit Brun.

Pour ces derniers, une nouvelle ligne de production, plus rapide, doit être mise en service à la rentrée 2015. « Nous renouvelons notre parc de machines pour moderniser l’outil de travail », indique Eric Houdet. L’usine, l’une des neuf que compte LU (groupe Mondelez international) en France, regroupe 500 salariés et produit 40.000 tonnes de biscuits par an. Elle tourne 24 h/24, entre cinq et six jours par semaine.

Une charte pour la culture du blé

Lancée en 2008 d’abord pour la fabrication des Petits-beurres, la charte LU’Harmony est désormais appliquée pour 95 % des biscuits de la marque, annonce LU. Concrètement, cette charte vise à garantir une culture du blé plus respectueuse de la biodiversité. Aujourd’hui, 1.700 agriculteurs en France répondent à des exigences environnementales fortes : restriction des pesticides, fleurs pour attirer les pollinisateurs, circuits courts...