HBC Nantes: Le meilleur espoir de la LNH signe deux ans

HANDBALL Théo Derot, l'arrière gauche d'Istres, sacré vendredi dernier meilleur espoir de LNH, a signé un contrat de deux ans avec le HBC Nantes. C'est la quatrième recue du club nantais.

Guillaume Leroux

— 

Théo Derot, ici face au Parisien Jakov Gojun, est la quatrième recrue du HBCN.
Théo Derot, ici face au Parisien Jakov Gojun, est la quatrième recrue du HBCN. — Isa Harsin/SIPA

C’est assurément une bonne pioche pour le HBC Nantes. Théo Derot (22 ans), l’arrière gauche d’Istres, sacré meilleur espoir de LNH, s’est engagé pour les deux prochaines saisons avec le club nantais.

Sixième meilleur buteur du championnat avec 140 réalisations, Théo Derot (1,93m et 94kg) est la quatrième recrue du HBCN après les arrivées annoncées de l’arrière gauche russe Vitaly Komogorov (24 ans), de l’arrière droit chilien Rodrigo Alonso Salinas Munoz (26 ans) et de l’ailier droit espagnol David Balaguer Romeu (24 ans).

«Il doit symboliser l’avenir du club»

Thierry Anti, l’entraîneur nantais, se réjouit de l’arrivée d’un garçon «qui a beaucoup de tempérament, qui aime défendre, qui n’a pas peur des contacts et qui sait s’engager même quand les défenses sont fermées. Je le suis depuis un bon moment et très vite, cette saison, nous avons porté notre intérêt sur lui. Il doit symboliser l’avenir du club.»

Le joueur, qui n’a pas pu éviter à son club formateur d’Istres la descente en Pro D2, se réjouit également de poser ses valises sur les bords de la Loire. «Le HBC Nantes est un club qui affiche de grandes ambitions et qui se donne les moyens d’atteindre des objectifs toujours élevés, avance-t-il. C’est un grand pas en avant dans ma carrière d’autant que le H dégage une très bonne image.»

«Il possède déjà nos valeurs»

Gaël Pelletier, le président du HBC Nantes, se réjouit également de l’arrivée de ce jeune joueur. «Je ne doute pas qu’il va très rapidement trouver ses marques au sein du collectif car il possède déjà nos valeurs.»

Père de Gilles Derot, un ancien international aux 167 sélections, par ailleurs, entraîneur d’Istres, Théo Derot n’arrive pas en terrain inconnu à Nantes. «Je connais bien O’Bryan Nyateu et Jordan Camarero, qui étaient mes partenaires en équipe de France juniors. Cette saison, j’ai aussi appris à connaître Nicolas Claire, qui m’a l’air d’être quelqu’un de très chaleureux et Rock Feliho, un sacré personnage.»