Nantes: Après le périph, les taxis bloquent le centre-ville

TRANSPORTS Quelques heures après l'arrivée d'UberPop à Nantes, les taxis manifestent leur colère sur le périphérique et en centre-ville ce mardi matin...

Frédéric Brenon

— 

Près d'une cinquantaine de taxis bloquent les accès à la préfecture.
Près d'une cinquantaine de taxis bloquent les accès à la préfecture. — F.Brenon/20Minutes

Afin de protester contre l’arrivée du service UberPop, qui met en relation clients et conducteurs non professionnels pour des courses à moindre prix, les chauffeurs de taxi réalisent une importante opération escargot dans l’agglomération nantaise ce mardi.

Ils sont depuis la fin de matinée près d'une centaine devant la préfecture, où ils seront reçus cet après-midi. Des perturbations de la circulation et des transports en commun sont à signaler.

 

Les chauffeurs, de Loire-Atlantique et du Grand Ouest, rejoints par quelques collègues de Bordeaux, s'étaient donné rendez-vous à la Beaujoire, au nord de Nantes, vers 7h45, avant de circuler au ralenti, dans chaque sens, jusqu’au périphérique sud, occasionnant d'importants embouteillages.

Embouteillage sur le périphérique extérieur au niveau de la porte d'Atlantis.

Pas d’arrêté préfectoral, mais des contrôles renforcés

Les taxis réclament au préfet la publication d’un arrêté interdisant l’activité d’UberPop sur le département, à l’image des arrêtés adoptés par les préfets de Gironde et du Nord sur le même sujet.

S’il n’a, pour l’heure, pas pris d’arrêté, le préfet de Loire-Atlantique rappelle ce lundi soir que le service d’UberPop « ne correspond à aucun type d’activité de transport de personnes autorisé par la loi ». « Les particuliers qui le mettraient en œuvre exerceraient illégalement la profession de taxi, poursuit-il. Une grande vigilance sera accordée vis-à-vis de tout exercice illégal de la profession : les contrôles seront renforcés pour sanctionner ces infractions. »