Notre-Dame-des-Landes: Les recours environnementaux tant attendus seront examinés le 18 juin

PROJET D'AEROPORT Les recours environnementaux relatifs à la « loi sur l’eau » et aux espèces protégées, ceux-là mêmes ayant entraîné la suspension politique des travaux, vont enfin être examinés…

Frédéric Brenon

— 

Une fresque des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Une fresque des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes — Alain Jocard AFP

Les recours environnementaux déposés contre les arrêtés préfectoraux autorisant le coup d’envoi des travaux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes seront examinés le 18 juin par le tribunal administratif, a annoncé la juridiction ce lundi. Ces recours sont extrêmement attendus puisque, dans l’attente de leur jugement, ils ont entraîné la suspension des travaux dans le cadre d’un accord politique passé entre le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et les anti-aéroport.

Loi sur l'eau et espèces protégées

Déposés le 3 février 2014, quinze jours seulement après l’autorisation préfectorale délivrée au concessionnaire Aéroports du grand ouest (AGO), une filiale de Vinci, ces recours portent sur la « loi sur l’eau » et « l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées » concernant l’aménagement de la future plateforme et sa desserte routière.

François Hollande et Manuel Valls ont réaffirmé ces derniers mois que les travaux de l’aéroport ne commenceront pas avant l’épuisement de ces recours.

Le tribunal administratif de Nantes examinera également à partir du 18 juin une série de recours portant sur les travaux d’aménagement et de sécurisation des voies existantes tant départementales que communales situées à Notre-Dame-des-Landes, Vigneux-de-Bretagne, Fay-de-Bretagne, Grandchamp-des-Fontaines et Treillières.