Football: Le député François de Rugy veut donner du pouvoir aux supporters

POLITIQUE Le député nantais d’Europe Ecologie Les Verts va déposer dans les prochains jours une proposition de loi relative aux supporters et à leur représentation dans les instances et les clubs...

Propos recueillis par Guillaume Leroux

— 

Le député écologiste François De Rugy, le 27 novembre 2014 dans la cour de l'Elysée, à Paris
Le député écologiste François De Rugy, le 27 novembre 2014 dans la cour de l'Elysée, à Paris — Alain Jocard AFP

François de Rugy, député de Loire-Atlantique, et coprésident du groupe Europe Ecologie Les Verts (EELV) à l’Assemblée nationale, déposera d’ici une quinzaine de jours une proposition de loi relative aux supporters et à leur représentation dans les instances et les clubs.


Est-ce les événements d’Amiens où des supporters nantais ont été arrêtés qui vous a incité à proposer une loi ?
Non, le processus est engagé depuis plus de six mois, mais à Amiens, on a franchi un cap supplémentaire. La présence de supporters parisiens en tribune Erdre à la Beaujoire lors de la réception du PSG est aussi une absurdité. Si ces individus avaient voulu en découdre, tout était réuni pour que ce ne soit pas maîtrisable alors que le but de ces arrêtés, c’est d’éviter les situations de violence. Les phénomènes de violence sont réels, je ne les minimise pas. Les pouvoirs publics doivent prendre des mesures mais il doit y avoir un dialogue avec les clubs et les associations de supporters, sinon, on arrive à des mesures qui sont, non seulement injustifiées et injustifiables, mais en plus inefficaces.

Que trouvera-t-on dans cette proposition de loi ?
Il y a deux aspects. Le premier concerne la représentation des supporters auprès des clubs et des instances nationales. Ce n’est pas normal que les supporters ne soient pas représentés à la Fédération française de football et la Ligue de football professionnel alors que les dirigeants, les médecins ou les arbitres le sont. Si la loi est votée, la représentation des supporters aux côtés des clubs et au niveau des instances sera un processus obligatoire. L’autre aspect concerne l’actionnariat populaire. On propose de le faciliter, de lui donner un cadre juridique.

Ne constatez-vous pas une hausse de la répression en vue de l’Euro 2016 organisé en France ?
Si on prend des mesures comme celles qui ont été prises pour Lens-Nantes, un match sans enjeu, de fin de saison, que va-t-on faire pour l’Euro ? Je ne veux pas agiter les peurs mais les supporters des pays étrangers, on ne pourra pas interdire leur venue.

Quand cette loi pourra-t-elle être votée ?
Le fonctionnement du parlement étant ce qu’il est, il faudra être patient. C’est une proposition de loi transpartisane et des collègues de différents groupes, de différents partis se sont dits prêts à signer. Le fait d’être soutenu par plusieurs groupes est un atout, ça permet plus facilement l’inscription à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale pour que la proposition de loi soit débattue et soumise au vote. Pour l’adoption, c’est pareil, si nous sommes soutenus par des députés de plusieurs groupes, on peut penser que ce sera voté. Quand on fait preuve de persévérance, c’est plutôt mon cas, on peut y arriver.