Nantes: A l'approche de l'été, la pétanque déboule en centre-ville

LOISIRS Au-delà du Superboule, ce tournoi déjanté qui revient ce dimanche, de nombreux terrains sont en libre-accès pour jouer aux boules...

Julie Urbach

— 

Une partie de pétanque à la Cantine
Une partie de pétanque à la Cantine — J. Urbach/ 20 Minutes

Encore quelques heures pour s’entraîner. Ce dimanche, le cours Saint-Pierre, derrière la cathédrale, va se transformer en gigantesque terrain de pétanque. Quelque 200 participants, la plupart entre 18 et 35 ans, sont en effet inscrits à la troisième édition du « Superboule ».

Ce tournoi géant, initié par la radio Prun’, propose de lancer son cochonnet en plein centre-ville, au son des DJ hip-hop ou électro qui mixeront toute la journée. D'autres jeux (palet, mölkky...) et animations seront ouvertes à tous. « C’est de la pétanque version fun, sourit Bérengère, membre de l’organisation. Les participants sont invités à venir déguisés en sportifs des années 80 ! »

Terrains en accès libre

En une semaine à peine, les inscriptions pour cet événement insolite ont affiché complet. Car à Nantes, avec le retour des beaux jours, la pétanque semble avoir le vent en poupe, notamment chez les plus jeunes. Il faut dire que la ville dispose de nombreux terrains -elle en a recensé une centaine !- où l’on peut se lancer librement dans une partie.

D’abord, la majorité des parcs (Crapa, Procé, Grand Blottereau…) en disposent, et l'on en trouve aussi à la Plaine de jeux de sèvres ou encore à la Bourgeonnière. Mais d’autres sont aussi accessibles en plein coeur de ville, idéal pour la pause-midi, comme sur la place François-II (île de Nantes) ou au parc de la Moutonnerie, quartier de la gare.

« Convivial, avec un peu de compet' »

A la Cantine du Voyage, ouverte depuis mi-mai, les deux terrains en sable font eux-aussi le plein. « On profite de la belle vue, et c’est super convivial, avec un peu de compet' », estime Valentin, 19 ans, qui en ce moment alterne jeu de boules et parties de Fifa, lorsqu'il voit ses amis. « Il y a aussi un aspect sportif, assure Franck, 35 ans, habitué des quatre espaces proposés à la Marrière. Le terrain fait 12 mètres, on marche bien 1 ou 2 km chaque soir ! »