Nantes: Le réseau Tan de plus en plus confronté à la surcharge de ses lignes

TRANSPORTS La fréquentation a de nouveau fortement progressé en 2014, selon les chiffres officiels que vient de dévoiler la Semitan...

Frédéric Brenon
— 
Nantes, des tramways de la ligne 3 à la station Commerce
Nantes, des tramways de la ligne 3 à la station Commerce — Frederic Brenon / 20 Minutes

Avec 130,42 millions de voyages, la Tan a établi l’an passé un nouveau record de fréquentation, selon les chiffres officiels 2014 que vient tout juste de valider la société de transports en commun nantaise. Malgré une politique tarifaire de plus en plus critiquée et la concurrence accrue du vélo, le réseau Tan a connu une nouvelle croissance d’environ 3 %. Une situation qui pose de plus en plus de problèmes de surcharge. Le point.

Le tramway sature, les solutions manquent. Les trois lignes de tram ont vu leur fréquentation progresser de 2 % pour atteindre 72,5 millions de voyages (soit 60 % du trafic global). De loin la plus populaire, la ligne 1 est aussi celle qui rencontre le plus de difficultés de saturation aux heures de pointe, en particulier sur le tronçon gare-Commerce. « C’est compliqué car on est déjà à des niveaux de fréquence entre 2 et 3 minutes, analyse Alain Boeswillwald, directeur de la Tan. On ne peut pas descendre en deçà car, le temps que les montées et les descentes s’effectuent, on aurait des trains de tramways qui se formeraient. La réponse sera sans doute demain d’augmenter la capacité des rames. Mais ce n’est pas un sujet qui est à l’ordre du jour avec Nantes métropole pour des raisons économiques. »

A l’étroit, le busway a besoin de s’allonger. Si la ligne 4 n’enregistre pas, cette année, de croissance à deux chiffres (+1 % seulement), c’est peut-être parce que la saturation des busways est déjà bien connue des voyageurs. Il faut dire que la fréquentation a plus que doublé depuis le lancement de la ligne fin 2006. « Là encore, on ne peut pas améliorer la fréquence, confie le directeur de la Tan. C’est pour ça que Nantes métropole a lancé une étude visant à passer à des busways longs de 24 m (au lieu de 18 m), donc capables d’embarquer plus de monde. C’est un investissement important. Une décision sera prise par les élus fin 2015.» L'achat de véhicules électriques est également en réflexion sur la ligne 4.

Le chronobus déjà victime de son succès. Les sept lignes de chronobus lancées entre 2012 et 2013 portent « l’essentiel de la croissance du trafic de la Tan » en 2014. « Elles ont toutes vu leur trafic augmenter d’au moins 30 % par rapport aux lignes de bus qu’elles remplacent », indique Alain Boeswillwald. Au point d’être déjà parfois victimes de leur succès, en particulier la C5 et la C3. « La croissance de la C5 est phénoménale. C’est dû à l’urbanisation de l’île de Nantes qui se poursuit et à l’ouverture du lycée international. C’est aussi la ligne la plus protégée de la circulation avec 70 % de son itinéraire en site propre. Sa fréquence a été renforcée en 2014, elle le sera de nouveau à la rentrée prochaine. »

L’idéal pour la Tan serait d’équiper toutes les lignes chronobus en bus articulés. « Mais nous n’en avons pas suffisamment, regrette le directeur. C’est d’ailleurs pour ça que Nantes métropole va aqcuérir 80 nouveaux bus articulés. » 40 bus articulés seront acquis dès la rentrée 2016 et 40 autres arriveront en 2017.