Angers: Le SCO tremble et freine en direction de la Ligue 1

LIGUE 2 Devant leur public, les Angevins ont été tenus en échec (0-0) par Sochaux. Ils ne comptent plus que 3 points d'avance, à 2 journées de la fin, sur Nancy, où ils iront vendredi...

David Phelippeau

— 

L'Angevin Charles Diers n'a pas trouvé la faille ce lundi.
L'Angevin Charles Diers n'a pas trouvé la faille ce lundi. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Troyes déjà en L1, le Gazélec Ajaccio sur la voie royale de l'élite. Qui va prendre le 3e sésame pour la Ligue 1? Angers (3e de L2), qui avait l'opportunité de prendre 5 points d'avance sur le 4e Nancy et le 5e Dijon, ce lundi soir, a été tenu en échec (0-0) par Sochaux. Résultat au classement: le SCO, qui attend l'élite depuis 22 ans (saison 1993-1994), compte désormais trois points d'avance sur ces deux formations, à deux journées de la fin du championnat de L2.

Un point contre Sochaux miraculeux

«Oui, c'est bon point car on aurait pu le perdre ce match, estime pourtant l'entraîneur angevin Stéphane Moulin. Il faut savoir se contenter de ce qu’on a. Ce n'est pas un point flatteur, mais on ne méritait pas mieux.» Angers ne doit son point du match nul qu'à la maladresse des Sochaliens, qui ont eu pas loin de six occasions très franches. Le SCO, poussé par un stade plein, a semblé totalement paralysé par l'enjeu.

Une finale Nancy-Angers vendredi?

«A force de dire qu’on a la pression, mes joueurs vont finir par l’avoir, poursuit Moulin. Mais, c'est une très mauvaise opération [au classement].» D'autant que vendredi prochain, les Angevins iront à... Nancy dans un match qui prend maintenant des allures de finale. «J'espère que maintenant vous allez dire que c'est Nancy [qui accueille Angers et ira à Dijon] qui a la pression...», conclut, en souriant, Stéphane Moulin, qui veut croire en une issue favorable. Après tout, Angers est toujours maître de son destin.