FC Nantes: «Je ne supporte pas qu'on dorme...», peste l'entraîneur Michel Der Zakarian, en colère en raison du 2e but de Bordeaux

FOOTBALL Pour la der des Girondins à Chaban-Delmas, les Canaris, officiellement maintenus en L1, se sont inclinés (2-1) alors qu'ils avaient pourtant ouvert le score...

D.P. avec AFP

— 

Le milieu de terrain Jordan Veretout avait pourtant ouvert le score sur penalty.
Le milieu de terrain Jordan Veretout avait pourtant ouvert le score sur penalty. — JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Il est vraiment temps que la saison se termine pour le FC Nantes. Les Canaris ont concédé leur 9e défaite (2-1) depuis début en janvier (sur 17 matchs) à Bordeaux, ce samedi soir. L'entraîneur nantais Michel Der Zakarian avait déclaré avant la rencontre qu'il souhaitait que ses joueurs gâchent la fête bordelaise (dernier match au stade Chaban-Delmas). Loupé.

Vérétout a pourtant montré la voie

Nantes s'est pourtant mis dans le bon sens en ouvrant le score grâce à un penalty de Vérétout (0-1, 15e). Mais, les Canaris n'ont pas eu le temps de savourer car cinq minutes plus tard, un nouveau penalty (de Rolan) permettait à Bordeaux d'égaliser (1-1, 20e). «On avait fait une bonne entame, explique Der Zakarian. On provoque le penalty, on est capable de mener au score, mais durant les vingt dernières minutes de la première mi-temps, il y a eu beaucoup trop de déchets, on perdait le ballon trop vite, on était sur le recul. On a laissé Bordeaux nous transpercer sur notre côté gauche, on ne défendait pas bien. Le couloir était trop ouvert pour eux.» 

Nantes encaisse puis ronronne

Pas vraiment mis sous pression, le FC Nantes a encaissé un 2e but à vingt minutes de la fin par une nouvelle fois Rolan (2-1, 69e). Une réalisation bordelaise qui est encore en travers de la gorge de l'entraîneur nantais. «Quand tu prends un but comme le 2e, un but sur une touche, on n'est pas au marquage, ils font ce qu'ils veulent. C'est difficile de gagner des matches quand tu fais des erreurs défensives comme ça. Je ne supporte pas qu'on dorme, qu'on ne soit pas au marquage...»

Comment souvent, Nantes fut ensuite plein de bonnes intentions, mais a manqué de percussion pour vraiment se montrer dangereux. Les Canaris rétrogradent, ce samedi soir, à la 12e place de la L1. Le seul enseignement positif de la soirée pour eux est qu'ils sont mathématiquement maintenus!