Nantes: «Une fierté de représenter mon pays et l'Ile de la Réunion», avoue Nicolas Claire

INTERVIEW Le demi-centre du HBC Nantes raconte sa première expérience chez les Bleus...

David Phelippeau
— 
Nicolas Claire avec son ami Luc Abalo.
Nicolas Claire avec son ami Luc Abalo. — S. Pillaud / FFHB

Pour sa première expérience avec les Bleus, le demi-centre du HBC Nantes Nicolas Claire n’aura joué que «7 ou 8 minutes sur le deuxième match» (contre la Macédoine). Il raconte cette aventure qu’il espère revivre très vite et évoque aussi la fin de saison avec Nantes (6e).

Que retenez-vous de ce périple avec les Bleus (deux succès contre la Macédoine dans le cadre de la qualification pour l’Euro 2016)?

Je retiens l’état d’esprit. Bien que la plupart des joueurs aient tout gagné en club et en sélection, ils sont simples, très ouverts. Ils n’hésitent pas à donner des conseils aux nouveaux arrivants. C’était une agréable surprise, ça.

On a déjà envie d’y goûter à nouveau?

Une fois qu’on a goûté à ce niveau, on a envie d’y retourner. Mais, il y a un cap qu’il faut que je franchisse.

En quoi le niveau est très élevé?

C’est beaucoup plus rigoureux. Les joueurs ont une telle connaissance du jeu qu’ils sont toujours en avance dans la prise de décisions.

Un joueur vous a plus impressionné que les autres?

Ils ont tous le même niveau d’exigence, ce sont tous les meilleurs joueurs à leur poste. Mais, forcément, j’ai plus regardé Narcisse et Karabatic car ils sont à mon poste...

Comment on arrive à se fondre dans un tel collectif?

Sur le terrain, il faut se faire petit. Il ne faut pas surjouer, il faut rester dans le projet collectif... En revanche, dans la vie du groupe, tous ces joueurs sont tous très humains. Dans cette sélection, la hiérarchie s’établit naturellement par le niveau de ces joueurs. Ce ne sont pas eux qui l’imposent, ce ne sont pas des tyrans...

Quel souvenir gardez-vous de votre première Marseillaise?

C’était beaucoup de fierté de représenter mon pays, et aussi, pour moi, l’Ile de la Réunion. J’ai pensé à ma famille quand elle a retenti.

Nicolas Claire, très ému pendant la Marseillaise. - S. Pillaud / FFHB

Ce mercredi, vous retrouvez la D1 avec Nantes, avec un déplacement à Saint-Raphaël. Nantes va finir la saison en roule libre?

Non, ça serait une erreur de prendre les derniers matchs à la légère. Le club a besoin de résultats et nous, on se doit d’avoir un peu d’ego, un peu de fierté pour replacer le club à une place qu’il mérite. On ne peut pas finir 10e sous prétexte qu’on a gagné une Coupe de la Ligue. On ne respecterait pas le travail fait par tout le club.