Loire-Atlantique: La raffinerie de Donges totalement à l'arrêt pendant huit semaines

INDUSTRIE Une opération de maintenance d'une ampleur jamais vue vient de débuter sur le site de la raffinerie Total de Donges...

Frédéric Brenon

— 

La raffinerie Total de Donges
AFP  / GEORGES GOBET
La raffinerie Total de Donges AFP / GEORGES GOBET — AFP

Depuis lundi, la raffinerie Total de Donges est totalement arrêtée. Aucun incident ou mouvement de grève n'est en cause, il s'agit en fait d'une vaste opération de maintenance et de modernisation des installations prévue pour durer jusqu'au 25 juin.

D'une ampleur «jamais connue à Donges», ce «grand arrêt» concernera pour la première fois l'ensemble des unités de fabrication de l'usine, indique Total.

Jusqu'à 3000 intervenants sur le site

Durant huit semaines de travaux, le site sera en pleine effervescence puisqu'il accueillera 2500 intervenants en moyenne, jusqu'à 3000 en période de pointe, pour 900.000 heures de travail (soit l'équivalent de plus de 560 emplois à temps plein sur un an). Un restaurant provisoire d'environ 700 couverts est d'ailleurs installé sur le site pour l'occasion.

«Aucune perturbation d'approvisionnement n'est à craindre» pour les stations-service, prévient le groupe pétrolier. Les carburants seront «importés d'une autre raffinerie Total et distribués comme habituellement à partir des gares de distribution de Donges».

Deuxième raffinerie de France

Le coût de ce «grand arrêt» est de 92 millions d'euros pour Total. Une opération similaire avait déjà eu lieu en mars 2013 mais elle ne concernait que la moitié des unités.

Deuxième plus gros site pétrolier de France, la raffinerie de Donges traite environ 11 millions de tonnes de brut par an.

Total avait annoncé le 16 avril qu’il allait investir 400 millions d’euros sur son site de Donges pour lui permettre de produire des carburants moins soufrés conformes aux normes européennes. L'objectif est de rétablir, une fois la transformation achevée, la rentabilité de l'usine déficitaire de près de 50 millions d'euros par an.