FC Nantes: Un deuxième kop à la Beaujoire, est-ce possible?

FOOTBALL La tribune Erdre pourrait-elle devenir un jour le pendant de la Loire? Cette éventualité ne semble pas possible dans l'immédiat...

David Phelippeau
— 
La tribune Loire de la Beaujoire.
La tribune Loire de la Beaujoire. — Ouest Média / SIPA

Le public de la Beaujoire est souvent loué depuis le retour des Canaris en Ligue 1. Bruyant, festif, piquant et imaginatif à travers ses banderoles et chants, le 12e homme nantais s'est taillé une belle réputation en France. La tribune Loire, sous l'impulsion de la Brigade Loire (plus gros groupe de supporters nantais), contribue presque à elle seule à impulser cette belle ambiance. La tribune Erdre de l'autre côté est souvent bien présente, mais reste timide par rapport à son acolyte de la Loire. A quand un vrai kop en Erdre? La Beaujoire pourrait-elle ressembler au stade de Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne où deux kops se répondent? 

Pour les responsables du FCN, c'est non!

Au FC Nantes, la réponse est relativement claire. «Si on parle d'un kop en Erdre comme il y en a un Loire avec des gens debout, non, explique d'emblée Luc Delatour, le directeur des opérations au FCN. En Erdre, ce sont des abonnés de longue date qui aiment leur confort, leurs places sont assises et numérotées. Il n'est pas prévu d'accepter en Erdre ce qu'il se fait en Loire, et il n'est surtout pas question qu'on dégage ces abonnés.» 

Ils ont essayé, ils ont échoué!

Il y a quelques années (2005-2012), les «Magic Canaris» s'étaient d'ailleurs heurtés à ces abonnés habitués à leur petit confort. «Le but originel de notre démarche en Erdre était de développer un 2e kop, mais on s'est vite rendu compte que ça ne serait pas possible, se souvient Jonathan. On s'est d'abord mis au milieu de la tribune, mais on a vite eu des conflits avec les abonnés. Ce sont beaucoup de vieux, qui allaient à Saupin... Ils ne sont pas très ouverts. "Encouragez les joueurs, mais ne nous embêtez pas trop avec vos drapeaux!", nous disaient-ils.»

Rapidement, la cohabitation devient trop compliquée, voire même impossible. «Un jour, on a même failli se faire taper dessus!» Parallèlement, la quarantaine de fans ne se prive pas de déployer des banderoles contre Kita ou contre les joueurs ("Da Rocha, un brave parmi les épaves"). «On a été censurés, et même nos banderoles d'encouragements», regrette Jonathan. Le projet d'avoir un 2e kop est tombe assez vite à l'eau. Jonathan et ses copains décident de retourner en Loire... «Un jour, on aura un kop en Erdre, c'est peut-être en train de changer, mais ça ne ressemblera jamais à la Loire», estime Jonathan. Frédéric, autre supporter, n'y croit pas de son côté: «Pour moi, ça ne verra jamais le jour. Le club veut que ça reste une tribune familiale et assise. Et puis surtout, deux groupes de supporters ultras à Nantes, ça ferait des étincelles.» La direction du FCN ne dit pas cela, mais semble le penser très fort.

Une nouvelle tentative est en marche...

Pourtant, depuis pas moins de deux ans, quelques fans ont décidé de relancer le projet d'un kop en Erdre. Ils sont désormais une grosse trentaine. Le nom de leur association: «Kop Erdre», une émanation de «Passion Nantes Sup Erdre». Leur place: tout en haut de la tribune... pour ne pas gêner les abonnés. «Certains aimeraient nous rejoindre, mais ils aimeraient avoir plus de libertés, reconnaît Michaël, responsable com' du groupe, très lucide sur la situation. On n'arrivera sans doute pas à occuper toute la tribune, mais si on peut être un jour 200 à 300 personnes, ça sera pas mal. C'est un combat à mener pour nous.» Le groupe a donc décidé de s'armer de patience. «Tout dépendra de notre attitude, de ce qu'on proposera comme chants et animations. Les esprits peuvent s'ouvrir. Dans le monde des ultras, le respect se gagne avec les actes et le temps.» Du temps, beaucoup de temps...