FC Nantes: «J'ai vécu un échec, mais quand je vois ce qu'il s'est passé derrière», explique Vincent Bessat

INTERVIEW Ce samedi, le milieu de terrain des Canaris retrouvera Toulouse, le club qui l'a formé mais qui ne lui a pas offert de contrat professionnel...

David Phelippeau

— 

Le milieu de terrain nantais Vincent Bessat.
Le milieu de terrain nantais Vincent Bessat. — Ouest Médias / SIPA

Il n'en veut à personne et se dit même que cet échec l'a rendu plus fort. Le milieu de terrain du FC Nantes Vincent Bessat a été formé à Toulouse, mais n'a pas signé son premier contrat professionnel dans la ville rose. Le Lyonnais a ensuite emprunté un chemin plus tortueux (Louhans-Cuiseaux, National), qui l'a pourtant mené au monde professionnel. Bessat se confie sur toute cette période, mais aussi sur son actualité du moment.

Racontez-nous votre expérience en centre de formation à Toulouse...

J'ai fait toutes mes classes là-bas. A partir de de l'âge de 14 ans et demi. A la fin, ça ne s'est pas passé comme je voulais. Lors de la dernière saison, je m'entraînais très souvent avec les pros. En décembre, ils ont donné trois contrats pros, notamment à Congré et Akpa-Akpro. J’ai alors  été convoqué avec Fofana, qui est à Reims maintenant, et on nous a dit qu'il restait deux contrats pour nous en fin de saison. J'ai commencé à me blesser à la cuisse. Quand tu es jeune, tu es bête. Tu ne dis rien, tu forces dessus de peur qu'on te dise que tu n'auras plus de contrat. J'avais 19 ans et demi. Je m'arrêtais, je reprenais et ça a pété sur 7 cm. J'en ai eu pour deux mois et demi.

On ne vous a donc rien proposé?

Le directeur sportif m'a dit qu'il voulait me garder en amateur, et qu'au bout de six mois, je passais pro. Ce n'étaient que des paroles. J'ai refusé Bayonne, Cannes et Nîmes en National. Louhans-Cuiseaux (National) me voulait aussi. Mon agent m'a dit que si j'allais là-bas, je jouerais deux ans après en L1... J'ai signé à Louhans.

Avez-vous des regrets de ne pas avoir signé pro à Toulouse?

Oui, mais je n'étais sans doute pas prêt, pas assez mature. Il a fallu que j'aille m'aguerrir en National deux ans. Cela a été bénéfique pour moi car j'ai été en Ligue 1 à l'issue de mon expérience à Louhans. Le fait de ne pas signer pro a été un échec, mais quand je vois ce qu'il s'est passé derrière...

Vous ne semblez pas trop marqué par cet échec?

Je ne regarde pas derrière. D'ailleurs, c'est peut-être parce que je n'ai pas été gardé que j'ai fait cette carrière derrière. J'ai pris un autre chemin, moins direct, mais la finalité est la même. Si j'avais signé pro à Toulouse, j'aurais peut-être vécu une galère derrière si ça se trouve, ou je serais en Ligue 2.

Vous n'avez pas manqué de sérieux au centre?

J'ai toujours été sérieux. Avec mon père derrière moi, j'avais une certaine rigueur et j'avais intérêt à me tenir à carreau. Au centre, je ne déconnais pas mais je n'avais sans doute pas la maturité pour passer tout de suite professionnel.

Comment vivez-vous votre reconversion au poste de latéral gauche?

Je n'avais jamais joué avant. Pour le placement, c'est chaud. Il faut être concentré 95 minutes. Un petit manque de concentration et ton adversaire s'en va... Si le mec passe une fois, j'ai l'impression de ne pas faire un bon match. Peut-être que je suis trop dur envers moi. C'est d'ailleurs pour ça que je prends moins de risques et que je tape le ballon parfois devant. Ce n'est pas ce que j'aime, mais je n'ai pas le choix.

88 % des internautes de 20 Minutes veulent que la direction du FCN vous prolonge [il est en fin de contrat]. Qu'en pensez-vous?

C'est touchant. Je le dis souvent, on est au FC Nantes et pas dans n'importe quel club... 

SONDAGE. FC Nantes: La direction du FCN doit-elle prolonger Vincent Bessat pour qu'il évolue au poste de latéral gauche la saison prochaine?

Comment voyez-vous votre avenir?

Mon avenir ne dépend pas que de moi. Je n'ai jamais dit que je voulais partir. Je n'ai signé nulle part pour l'instant. Je ne suis pas parti, je suis encore au FC Nantes. On verra s'il y a un geste des dirigeants en fin de saison.

Votre reconversion plutôt réussie au poste de latéral gauche peut-elle changer la donne?

Je montre que je peux jouer aux deux postes [latéral gauche et milieu gauche] et tenir la route. On n'a pas joué des peintres lors des deux derniers matchs [Saint-Etienne et Marseille]. Je marque des points, mais on verra le choix des dirigeants en fin de saison. Pour l'instant, je n'ai pas de signes de leur part.