Pays de la Loire: Les métiers qui recrutent en 2015 dans la région

ECONOMIE Pôle Emploi a livré les résultats de son enquête «Besoins en main d'oeuvre» pour la région Pays de la Loire...  

Julie Urbach

— 

Un serveur de bar place des Terreaux de Lyon, le13 avril 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Un serveur de bar place des Terreaux de Lyon, le13 avril 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

Alors que la région fait partie de celles où le taux de chômage est le plus faible, quels secteurs vont recruter le plus en 2015? Pour répondre à cette question, Pôle Emploi a interrogé près de 85.000 employeurs des Pays de la Loire: 21,1% d’entre eux se déclarent prêts à embaucher cette année, pour 96.930 recrutements potentiels (23.610 sur Nantes). Un chiffre qui «diminue pour la première depuis 5 ans» (-2,5%), indique Pôle Emploi.

Près de la moitié sont des emplois saisonniers

La part d’emplois saisonniers dans ces promesses d’embauche, elle, ne baisse pas. A contrario, elle se développe pour atteindre 46%. Ainsi, viticulteurs, cueilleurs, maraîchers, ouvriers agricoles sont majoritairement recherchés. Arrivent ensuite les animateurs, les serveurs, commis, employés de cuisine, et les professionnels du service à la personne (aides à domicile, agents d’entretien, aide-soignants). Quelque 2.300 projets de recrutements dans les métiers de la manutention sont également prévus.

Les métiers les plus recherchés

Pôle Emploi dresse aussi la liste des métiers les plus recherchés en mettant les effectifs saisonniers de côté. Les agents d’entretien arrivent loin devant, suivis des aides à domicile et des commerciaux, qui occupent le reste du podium. On retrouve aussi les employés polyvalents de cuisine, aide-soignant et employés de maison.

Parmi les autres, plus de 900 projets de recrutement sont à relever chez les secrétaires bureautiques, ainsi que chez les conducteurs livreurs ou encore chez les vendeurs en prêt-à-porter. Par contre, la construction s’effondre. Alors que le secteur du bâtiment traverse une crise profonde, les intentions d’embauche s’en ressentent : seuls 3.368 projets ont été recensés (-26,4%).

Là se posent des difficultés de recrutement

A cause des conditions de travail, du déficit d’image ou d’un profil inadapté des candidats, 37,2% des projets de recrutement s’annoncent «difficiles». Mais la localité géographique joue aussi beaucoup: les bassins d’emploi les plus «tendus» sont la Mayenne, Segré et Ancenis.