Affaire Sophie Gravaud, l'enquête fait du surplace

©2007 20 minutes

— 

« Pas d'avancées significatives. » Un mois après la découverte du corps de Sophie Gravaud dans un fossé à Bouguenais, l'enquête progresse lentement. Le suspect n° 1, Ramiz Iseni, continue de nier les faits, malgré l'ADN de la vendeuse d'Atlantis retrouvé « en quantité importante » sur son blouson. « Il dit ne pas comprendre », résume une source proche du dossier. Son épouse, elle, a donné « six versions en six auditions », sans blanchir complètement son mari. Mais, dans l'ensemble, « elle dit ne rien savoir, et n'avoir participé à rien ».

Ramiz Iseni a été mis en examen mercredi dernier par le juge d'instruction pour « enlèvement, détention et séquestration suivie de mort », tandis que sa femme est poursuivie pour « complicité ».

expertises Les enquêteurs, qui s'attendent à « un travail de longue haleine », vont désormais se pencher sur « l'environnement » de Ramiz Iseni. De nouvelles expertises vont également être faites sur les vêtements de Sophie Gravaud.