Nantes métropole veut 50% de logements sociaux à la place de l'ancienne maison d'arrêt

URBANISME La métropole rachètera cet été l'ex-prison du centre-ville. Des appartements et une crèche sont envisagés...

Frédéric Brenon
— 
L'ex-maison d'arrêt du centre-ville est fermée depuis juin 2012.
L'ex-maison d'arrêt du centre-ville est fermée depuis juin 2012. — F. Brenon / 20 Minutes

L'avenir de l'ancienne maison d'arrêt du centre-ville (place Aristide-Briand) se précise. La métropole deviendra en effet propriétaire des bâtiments l'été prochain pour un montant de 4,9 millions d'euros. Les consultations d'urbanisme devraient démarrer début 2016.

«La programmation se fera sur la base de 50% de logements sociaux et 50% de logements en accession libre, indique Johanna Rolland, maire de Nantes. Vous imaginez qu'à l'endroit où c'est ça dit des choses sur le projet politique que nous portons. Par ailleurs, j'ai demandé aux services de réfléchir au fait que sur ce site il puisse y avoir une crèche et pourquoi pas une des premières crèches intercommunales de l'agglomération.»

Bâtiment inoccupé depuis juin 2012

Les élus envisagent de conserver le porche et certains bâtiments administratifs. Le reste sera démoli préalablement à une reconstruction. Un parking est également envisagé en souterrain.

L'ex-maison d'arrêt, inoccupée depuis la fermeture de la prison en juin 2012, appartient à la Sovafim, une société chargée de valoriser certains biens immobiliers de l'Etat.

Ses voisins de quartier sont l'hôtel de luxe Radisson et le futur ensemble de commerces et activités haut de gamme Carré Lafayette.