FC Nantes: «Le coach voit que je travaille et que je ferme ma gueule», explique Ismaël Bangoura

INTERVIEW L'attaquant du FC Nantes a la confiance de son entraîneur depuis trois ou quatre matchs bien que ses prestations soient souvent insuffisantes...

David Phelippeau

— 

L'attaquant nantais Ismaël Bangoura

Credit:Pierre Minier/Ouest Medias/Sipa/OUESTMEDIAS_FCNOL028/Credit:MINIER/SIPA/1501211628
L'attaquant nantais Ismaël Bangoura Credit:Pierre Minier/Ouest Medias/Sipa/OUESTMEDIAS_FCNOL028/Credit:MINIER/SIPA/1501211628 — SIPA

Samedi soir, contre Evian, à la Beaujoire, l’attaquant Ismaël Bangoura devrait être titularisé à la pointe de l’attaque pour la quatrième fois d’affilée. Très critiqué par les médias en raison de prestations médiocres, le Guinéen affirme faire fi de tous ces commentaires et croit en lui.

Pensez-vous faire partie des cadres de l’équipe?

Je ne suis pas un cadre de l’équipe mais avec mon expérience et mes 30 ans, je prends mes responsabilités. Durant la première partie de saison, je n’ai pas beaucoup joué. Maintenant, sur les deux ou trois mois qui restent, je dois tout donner. Mon objectif est de jouer tous les matchs jusqu’à la fin.

Votre but contre Reims a dû vous faire du bien?

Ça donne un peu de confiance, mais je suis surtout heureux de retrouver du temps de jeu. C’est ça qui me manquait. Le coach me fait confiance. A moi de montrer de quoi je suis capable.

Vous avez été touché par les nombreuses critiques?

Je ne lis pas les journaux. Je ne veux pas me fatiguer avec ça. Ma femme, quand je suis rentré chez moi un jour, m’a dit qu’on m’avait attaqué dans les journaux. Je lui ai dit : “Moi, quand je rentre à la maison, je ne veux pas parler foot. Je m’occupe de mes enfants. Si tu veux parler football, tu descends en bas...” Les critiques, il faut les assumer. Ma meilleure réponse aux médias, c’est de marquer des buts.

Votre coach vous a défendu il y a une semaine?

En début de saison, j’étais critiqué par le coach. Là, il m’a défendu. La roue tourne. Il voit que je travaille et que je ferme ma gueule.

Vous semblez avoir du mal presque tout seul en pointe?

Contre Guingamp (1-0), on ne s’est pas trouvé avec Jordan Veretout (qui joue pas loin de lui). J’étais isolé devant. J’aimerais bien jouer avec un bon pivot pour tourner autour de lui et pour prendre la profondeur.

Vous avez l'impression de revenir de loin après notamment l'affaire Bangoura (un an d'interdiction de recrutement pour le FCN et une grosse amende de 4,5 millions d'euros)?

Oui, il ne faut pas oublier les soucis que j’ai eus. J’ai passé une période très difficile. J’ai été fort mentalement pour revenir... Je remercie Franck Kita et le président Waldemar Kita. Aujourd’hui, je suis là et je veux prouver que je suis bien là!