FC Nantes: «Les Nantais ne doivent pas focaliser sur la théorie du complot», conseille Bruno Derrien

INTERVIEW L'ancien arbitre international Bruno Derrien répond aux Canaris, qui ont le sentiment d'être persécutés par les arbitres...

David Phelippeau

— 

L'ancien arbitre internationalBruno Derrien.
L'ancien arbitre internationalBruno Derrien. — SIMON ISABELLE/SIPA
Dimanche, après le revers (3-1) à Reims, l’entraîneur nantais Michel Der Zakarian avait la certitude que les décisions arbitrales défavorables étaient en partie liées à la «cabale» menée contre sa formation la semaine précédente. Après le succès (1-0) contre Guingamp, Pierre Ménès, le consultant de Canal +, avait en effet parlé de Nantes comme une «équipe de bouchers». Les gestes dangereux du défenseur central Papy Djilobodji avaient notamment été disséqués. L’ancien arbitre international Bruno Derrien, consultant sur RTL, défend les hommes en noir et réfute «la théorie du complot».

Des déclarations d’un consultant TV contre une équipe peuvent-elles influencer des arbitres?

Un arbitre doit être hermétique à toute forme de conditionnement médiatique ou aux déclarations des uns et des autres. Il ne doit pas arriver sur un match avec un préjugé contre une équipe ou un joueur.

Comment un arbitre prépare-t-il son match?

Si l’arbitre veut préparer un match en toute quiétude, il ne se soucie pas des réseaux sociaux, de ce qui est écrit sur le match ou lui, sinon il ne s’en sortira jamais. Il ne doit pas écouter les émissions TV et radio... Moi, je lisais L’Equipe pour préparer mon match et je regardais les compositions d’équipes. Je me renseignais aussi s’il y avait un contentieux entre joueur et un autre par rapport au match aller.

Quels conseils donneriez-vous aux Nantais pour les prochains matchs?

Il faut qu’ils continuent à pratiquer leur jeu et surtout ne pas avoir peur des arbitres. Contre Guingamp, c’était un match extrêmement engagé, mais Nantes n’a jamais été réputé pour avoir un jeu dur. Il ne faut pas mettre une étiquette sur telle ou telle équipe et ce n’est surtout pas aux arbitres de la mettre. Après, il ne faut pas non plus que le FC Nantes focalise sur la théorie du complot.

Vous avez arrêté en 2007. Ne pensez-vous pas que les médias ont encore plus de poids maintenant?

Il y avait déjà des talk-shows à la radio, à la télé. Mais, c'est vrai qu'en plus maintenant, il y a les réseaux sociaux. Il y a même des comptes parodiques d'arbitres sur Facebook ou Twitter. Il y a aussi de plus en plus d'émissions qui fabriquent de la polémique. Cela peut effectivement créer autour des arbitres un climat un peu difficile...

Pierre Ménès avait déclaré qu'il espérait que Djilobodji passe en commission de discipline par rapport à certains de ses gestes [il devra y aller fin mars]...

Cette commission n'est pas présidée par Pierre Ménès! Les arbitres ont pour consigne de revoir en DVD leur match. S’il y a un fait qu’ils ont mal jugé ou qui leur a échappé, ils peuvent faire un rapport. Je crois savoir d'ailleurs que l’arbitre de Nantes-Guingamp a fait un rapport sur un Nantais (Djilobodji). Sur le match Montpellier-Lyon de dimanche dernier, je mets ma main à couper qu'il y a eu un rapport pour la faute de Jallet.