Départementales 2015: «Il ne doit plus y avoir une seule élection où un électeur du FN ne pourra pas voter FN»

POLITIQUE Pour les élections, le parti de Marine Le Pen s'est donné l'objectif de présenter des candidats partout...

Julie Urbach

— 

Christian Bouchet, secrétaire du FN 44 et candidat dans le canton Nantes 5
Christian Bouchet, secrétaire du FN 44 et candidat dans le canton Nantes 5 — J. Urbach/ 20 Minutes

Les listes étaient bouclées depuis longtemps. Alors que début janvier, d’autres partis n’en étaient qu’aux premières négociations, le Front national annonçait fièrement que ses bulletins figureraient dans l’intégralité des bureaux de vote de Loire-Atlantique pour les départementales des 22 et 29 mars prochains.

Conseillers municipaux (le parti en compte désormais neuf, après la poussée des dernières municipales), militants bien connus mais aussi un «certain nombre» de nouveaux adhérents, «ils ont tous été trouvés très facilement, assure Christian Bouchet, secrétaire du FN 44 et candidat dans le canton Nantes 5. L’enthousiasme est tel qu’on en avait même trop !»

Démonstration de force

Présents dans seulement quatorze cantons aux dernières élections, le FN de Loire-Atlantique devient cette fois un acteur politique incontournable. La déclinaison de la «démonstration de force» décidée au niveau national par le parti, qui sera donc représenté dans 95% des cantons français.

«Il ne doit plus y avoir une seule élection où un électeur du FN ne pourra pas voter FN, indique Louis-Armand de Béjarry, secrétaire national du parti aux élections. Compte tenu de nos bons scores aux dernières européennes, des sondages qui nous sont favorables, et des surprises qu’il peut y avoir, on se doit d’être présents partout. En trouver n’est pas toujours très évident… on ne présente pas toujours des cadors!» Quitte à essuyer quelques dérapages ou polémiques locales…

Programme local au second plan

La priorité ayant été d’aligner ses candidats, le Front national de Loire-Atlantique semble avoir mis l’élaboration d’un programme local au second plan. Lors de sa présentation à la presse en fin de semaine dernière, un peu décousue, il a été question de «faire la chasse aux associations bidons ou communautaristes à qui l’on verse des subventions», d’investir dans la sécurité en donnant davantage de moyens aux pompiers. Mais aussi beaucoup de thèmes nationaux ou des propositions plus évasives comme infléchir les dépenses de fonctionnement sans donner davantage de précision, ou encore favoriser l’accès des jeunes à l’apprentissage, une compétence… de la région.

«Ce sont des mesures symboliques, assume Armand de Béjarry. La politique menée sera la même, quelle que soit la couleur politique du département. Notre but est aujourd'hui de préparer les prochaines échéances électorales, jusqu’à la présidentielle de 2017.»

Un objectif de second tour dans un canton sur trois

Quoiqu’il en soit, l’objectif pour le FN est qu’un binôme sur trois figure au second tour, avec comme ligne de mire le canton Saint-Nazaire 2 et d’autres territoires du nord du département. Avec quand même l’espoir de faire entrer l’un des leurs à l’assemblée départementale. Pour y arriver, les candidats du FN comptent notamment sur une érosion du «front républicain». «Au second tour, ce sera tout sauf le FN, a cependant déjà prévenu Gatien Meunier, chef de file de l’union de la droite et du centre pour les départementales. Ma position est très claire.»