Nantes: Des feux tricolores pour réguler le périphérique ouest à partir de ce lundi

CIRCULATION Quatre bretelles d'accès au périphérique sont équipées d'un feu pouvant passer rouge en cas d'embouteillage et ainsi bloquer les automobilistes prêts à s'insérer...

Frédéric Brenon

— 

Le feu est installé sur la bretelle d'entrée au périphérique ouest.
Le feu est installé sur la bretelle d'entrée au périphérique ouest. — F. Brenon / 20 Minutes

Le système entrera en service ce lundi après-midi, vers 16h. Mais d'ores et déjà, de nombreux automobilistes n'ont mas manqué de remarquer ces feux tricolores installés sur certaines bretelles d'accès au périphérique ouest.

Il s'agit en fait du dispositif choisi par l'Etat pour réduire les embouteillages de ce secteur fréquenté jusqu'à 100.000 véhicules par jour. Ces «feux intelligents» sont positionnés sur quatre bretelles menant au périphérique extérieur (sens nord-sud): porte d'Armor, porte d'Atlantis, porte de Saint-Herblain et porte de l'Estuaire.

Lorsque la rocade est encombrée, le feu rouge se déclenche sur la bretelle et les véhicules prêts à s'insérer dans le bouchon sont priés de patienter afin de ne pas aggraver la situation. L'obligation s'impose à tous les usagers, y compris aux motards.

Chaque bretelle fonctionne comme un sas

«Des capteurs implantés sur la chaussée avertissent dès que le trafic devient trop dense. Le feu passe alors au rouge sur une durée de 55 secondes maximum. Si la file devient trop importante, on libère. Chaque bretelle fonctionne un peu comme un sas», explique Frédéric Lechelon, directeur de la Dirouest.

Pour le conducteur, le temps perdu au feu serait compensé par le temps gagné par la fluidification du périphérique.

Déjà testé ailleurs

Le système, dit de «régulation d'accès», a déjà été testé avec succès aux Etats-Unis, en Allemagne, mais aussi à Bordeaux ou en région parisienne.

«Il ne faut pas s'attendre à ce que le bouchon du périphérique disparaisse totalement. Simplement, avec ce système, on retarde son démarrage», prévient Frédéric Lechelon. S'il s'agit d'une expérimentation, la Dirouest espère déjà «qu'elle durera». «Mais on se donne du temps pour l'évaluer», précise Frédéric Lechelon.