Nantes: Les partisans au maintien de l'aéroport Nantes-Atlantique lancent un appel à idées

URBANISME Remettant an cause la construction d'un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, un collectif lance une consultation en ligne pour le réaménagement de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique...

Julie Urbach

— 

L'aéroport de Nantes-Atlantique le 11 janvier 2011.
L'aéroport de Nantes-Atlantique le 11 janvier 2011. — Fabrice Elsner/20 Minutes

Il y a neuf mois, ils publiaient une étude qui affirmait que le réaménagement de l’aéroport actuel coûterait deux fois moins cher qu'en construire un nouveau, plaidant ainsi pour l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes.

Depuis, les architectes Ivan Fouquet et Franco Fedele sont toujours déterminés à montrer que le maintien de Nantes-Atlantique est, selon eux, la solution à privilégier. A l’initiative d’un atelier citoyen mis en place sur le sujet, un appel à idées, sorte de concours, vient d’être lancé à la population, en France comme à l’étranger. Architectes, paysagistes, politiques ou autres artistes peuvent proposer, en ligne, leur projet pour repenser l’aérogare actuelle.

Agrandir et optimiser

«Même si Notre-Dame-des-Landes se fait, ce ne sera pas avant 5 ou 10 ans, prédisent les architectes soutenus par le CéDpa, le collectif des élus opposants au projet d’aéroport. En attendant, il faudra bien agrandir et optimiser Nantes-Atlantique, qui vient d'atteindre les 4 millions de passagers, et en accueillera 7 millions en 2030».

Si des travaux sont faits pontuellement pour adapter l’aéroport de Bouguenais, «ils ne sont jamais pensés de manière globale» affirme Ivan Fouquet. Pire, selon lui, certains agrandissements seraient bloqués uniquement pour justifier le besoin d’une nouvelle infrastructure. «Il faudrait davantage de postes d’inspection filtrage mais aussi plus de place dans les halls d’arrivée, estime-t-il. Il y a une volonté de faire attendre les gens et qu’ils se sentent à l’étroit, qu'ils aient un sentiment que c'est saturé.»

Projets collaboratifs

Ainsi, jusqu’au 4 mai, toute personne peut envoyer des plans, textes, images, photos ou dessins (dans la limite de deux feuilles A4) pour donner une nouvelle vie à cette aérogare, mieux gérer ses flux et son aménagement intérieur.

Les projets seront ensuite consultables sur le site Internet de l’appel citoyen afin que des équipes se forment et donnent lieu à des idées davantage abouties, à l’automne 2015. «Nous aiderons ensuite à la communication et la diffusion de ces propositions», indique Françoise Verchère, présidente du CéDpa.