Nantes: Bouguenais rend sa médiathèque gratuite pour tous

CULTURE Depuis lundi, l'abonnement à la médiathèque de Bouguenais est gratuit pour tous les lecteurs, Bouguenaisiens ou non. Un choix atypique dans l'agglomération nantaise...

Frédéric Brenon

— 

La médiathèque Condorcet de Bouguenais dispose de 70.000 documents.
La médiathèque Condorcet de Bouguenais dispose de 70.000 documents. — F. Brenon / 20 Minutes

C’était un engagement municipal. Depuis lundi, la ville de Bouguenais a décidé de rendre gratuite sa médiathèque et la bibliothèque-annexe des Couëts. Chaque lecteur, qu’il habite la commune ou non, peut emprunter jusqu’à 16 documents (dont dix livres) pour une durée de trois semaines, sans débourser un centime. C’est la quatrième médiathèque de l’agglomération nantaise à faire ce choix atypique, après celles de Couëron, Saint-Aignan-de-Grandlieu et Saint-Léger-les-vignes.

Une perte de recette non négligeable

«L’objectif est de permettre l’accès à la culture au plus grand nombre, justifie Armelle Sadir (PS), adjointe à la mairie de Bouguenais. Le fait d'avoir des prêts payants était un frein pour certaines personnes. La gratuité devrait lever cette barrière à la lecture et entraîner une hausse de fréquentation d’environ 40%, si l’on se réfère aux autres villes françaises qui ont tenté l’expérience.»

Pour Bouguenais, qui comptait jusque-là 3.500 abonnés-lecteurs, la gratuité signifie aussi renoncer à une recette avoisinant 25.000 euros par an. Les tarifs allaient de 7,20 euros à 65,80 euros. «Dans le contexte économique actuel, ce n’est pas évident, concède Armelle Sadir. On aurait pu se contenter d’offrir la gratuité aux Bouguenaisiens, mais on considère que les salariés venant de l’extérieur devaient aussi en bénéficier.»

>>> Découvrez le classement des bibliothèques les moins chères (et les plus chères) de l'agglomération nantaise

«Je consultais sur place, mais je n'empruntais pas»

Sans surprise, les habitants semblent ravis. «C’est une excellente nouvelle, réagit Catherine. J'avais une carte pour mes enfants. J'en prendrais sûrement une pour moi aussi désormais.» «Je venais déjà de temps en temps consulter sur place, mais je n’empruntais pas», confie Jacques, en rédigeant son formulaire d'adhésion. «On a de la chance, sourit Audrey. J'espère seulement qu'on arrivera toujours à trouver les livres qui nous intéressent.»

Le fonds de la médiathèque, qui contient 70.000 documents, devrait augmenter en quantité ces trois prochaines années afin de faire face à la hausse prévisionnelle des prêts. «La gratuité, ça ne suffit pas, ajoute Armelle Sadir. On mène aussi des actions et événements culturels tout au long de l'année, dans et hors les murs de la médiathèque.»

Couëron a plus que doublé ses abonnés

Couëron a désormais neuf mois de recul sur la gratuité de sa médiathèque, qui avait coïncidé avec la livraison d'un nouveau bâtiment. «On est passé de 2500 à 6.500 abonnés, observe Carole Grelaud, première adjointe (PS) à la mairie de Couëron. Avant, il y avait la gratuité pour certains publics, mais il fallait toujours justifier. Quant aux tarifs, même extrêmement bas, c'était un frein. Maintenant, c'est simple pour tout le monde.»

«L'accès a la connaissance est un droit universel qui ne doit pas être limité par les capacités financières, poursuit l'élue. Nous ne regrettons pas ce choix. Tant mieux si ça leur donne des idées [à d'autres villes].»