Nantes: Au tribunal, il demande la clémence pour ses agresseurs et leur évite la prison ferme

JUSTICE Un homme a estimé, mardi, que ses braqueurs devaient être aidés à «prendre conscience des conséquences de leur acte»...

J.U.
— 
Nantes, le 17 février 2015, le palais de justice, sur l'le de Nantes
Nantes, le 17 février 2015, le palais de justice, sur l'le de Nantes — Frederic Brenon / 20 Minutes

Ils avaient menacé un homme avec une arme factice devant chez lui, à Nantes, alors que ce dernier réparait sa voiture. Dix mois après, deux de ces jeunes gens, âgés de 19 et 20 ans, comparaissaient mardi devant le tribunal correctionnel de Nantes pour violence avec arme de poing pour l'un et complicité pour l'autre, rapporte ce mercredi le quotidien Ouest-France.

Mais si le procureur avait requis de la prison ferme, c'est la victime elle-même qui a pu alléger la peine des deux agresseurs. Cet homme de 45 ans a en effet fait savoir qu'il ne souhaitait aucun dédommagement, avant de demander au président d'aider ces jeunes «à prendre conscience des conséquences de leur acte» plutôt que de les envoyer en prison.

Il vient remercier sa victime

L'homme, pourtant, a été choqué par cet événement. «J'ai arrêté de travailler, je m'enferme chez moi (...), je suis en instance de divorce... Mais je ne vous en veux pas personnellement», a-t-il dit. Selon Ouest-France, l'un des prévenus, en pleurs, est venu le remercier: lui et son complice ont finalement écopé de peines avec sursis.