Loire-Atlantique: De nouveaux pensionnaires de taille attendus à Planète Sauvage

ANIMAUX Deux hippopotames, un rhinocéros et une bisonne vont notamment rejoindre le parc animalier dans les prochains jours...

Julie Urbach
Un hippopotame
Un hippopotame — Planète sauvage

Avant la réouverture au public du parc animalier Planète Sauvage, ce samedi, ça s'active dans les coulisses. Alors que Légère, une femelle hippopotame, est partie ce mardi en camion de Port-Saint-Père direction le parc toulousain African Safari, trois nouveaux arrivants, de quelques tonnes chacun, sont annoncés dans les prochains jours.

Une autre femelle hippopotame en provenance de Berlin est sur le point de faire connaissance avec les bassins du parc. Vendredi, une bisonne du zoo de Gramat, dans le Lot, fera son entrée, accompagnée d’un rhinocéros qui fait la route depuis l’Ardèche. «Il va sûrement lui falloir un temps d’adaptation, indique Clémentine Amar, responsable marketing du parc Planète Sauvage. Il rejoindra ensuite Sana, notre rhinocéros de 52 ans, la femelle la plus âgée d’Europe, qui elle aussi a ses vieilles habitudes!»

Un autre hippopotame en mars

Un wallaby, venu d’Allier, intégrera vendredi le groupe de marsupiaux de Port-Saint-Père tandis qu’un dernier hippopotame, en provenance du zoo de la Flèche (Sarthe), est attendu fin mars. «Il s’agit d’échanges européens. Chaque espèce est coordonnée à cette échelle pour préserver la qualité génétique des animaux, en évitant la consanguinité», explique Clémentine Amar.

Pour le transfert de ces gros animaux, d’importants moyens logistiques sont déployés, avec le concours d’un transporteur spécialisé dans l’acheminement d’animaux sauvages.