FC Nantes: «Lacazette, c'est Loko, et quand je vois Gonalons, j'ai l'impression de me voir», explique Jean-Michel Ferri

INTERVIEW L'ancien milieu de terrain des Canaris Jean-Michel Ferri voit beaucoup de similitudes entre le Nantes champion de France en 1995 et l'Olympique Lyonnais actuel...

David Phelippeau

— 

Ferri face à l'Italien Vialli en Ligue des Champions en 1996.
Ferri face à l'Italien Vialli en Ligue des Champions en 1996. — PATRICK HERTZOG / AFP

Ce dimanche, à 17h, il ne devrait pas louper une miette de ce Lyon-Nantes. Jean-Michel Ferri, ancien milieu de terrain nantais (1985-1998) et actuel coach du FC Corbas (club de la région lyonnaise), ne cache pas son admiration pour l'OL de cette saison. L'escouade d'Hubert Fournier lui rappelle même le Nantes de 95, avec qui il avait gagné le titre de champion de France en 1995...

Dans quels domaines voyez-vous des similitudes entre l'OL actuel et votre FCN de 1995?

Tout d’abord, dans le jeu en lui-même. Cette équipe de Lyon a une force collective impressionnante. Quand je les vois jouer à domicile, c’est une équipe qui entre sur la pelouse uniquement pour gagner ses matchs. Les Lyonnais ne jouent pas pour ne pas perdre. Comme nous à l’époque, ils s’appuient déjà sur une solidité défensive, ensuite, sur une récupération assez haute du ballon et, enfin, une utilisation offensive du ballon pour toujours déséquilibrer l’adversaire. Il y a aussi une certaine insouciance qui fait plaisir. Son jeu me fait penser à celui qu’on pratiquait en 1995.

Vous étiez aussi insouciants en 1995...

Nous, on jouait chaque match pour les gagner. On sentait chez nous une force incroyable. Le coach faisait tout pour nous démontrer qu’on était les meilleurs à l’époque

L'OL a aussi en commun avec le Nantes de 1995 sa jeunesse?

Au début des années 1990, on avait failli être rétrogradés... On a été sauvés in extremis, mais on était dans l’obligation de repartir avec les jeunes du centre de formation. Faire confiance aux jeunes, c’est ce que font les Lyonnais aussi de façon délibérée depuis plusieurs années. Ce centre de formation lyonnais a toujours été performant. Regardez tous ces jeunes partis de Lyon pendant les années des titres qui ont réussi plus ou moins dans d’autres clubs...

Alexandre Lacazette vous fait-il penser un joueur de Nantes de 1995?

Il me fait penser à Patrice Loko... Quand je vois le capitaine de Lyon Gonalons, j’ai l’impression de me voir sur le terrain. Quand je vois cette force collective lyonnaise, je revois le Nantes de 1995. Je prends beaucoup de plaisir à voir l'OL.

Comment voyez-vous l'opposition de dimanche?

Cela va être compliqué pour Nantes car en plus les Canaris sont moins bien en ce moment. Avec Lyon, le danger peut venir de partout. Comme nous, ils gagnent rarement par un but d’écart et la machine se met souvent en marche très vite. C'est surprenant de voir une génération de jeunes joueurs aussi forts aussi vite.