FC Nantes: «Tout le monde a été mauvais, moi y compris!», peste Michel Der Zakarian

INTERVIEW L'entraîneur nantais n'a pas du tout aimé la défaite (0-2) de ses hommes, à la Beaujoire, ce samedi, contre Bastia...

David Phelippeau

— 

L'entraîneur nantais Michel Der Zakarian.
L'entraîneur nantais Michel Der Zakarian. — Pierre Minier / Ouest Médias / SIPA

Le FC Nantes n'a toujours pas gagné un match de championnat en 2015. Ce samedi, devant quelque 20.000 personnes, les Canaris, 9es de L1, ont semblé une nouvelle fois inoffensifs en attaque mais ont surtout montré une incapacité à construire des actions dignes de ce nom. Un constat récurrent tous les week-ends. L'entraîneur nantais Michel Der Zakarian commence déjà à tirer la sonnette d'alarme...

Quelle analyse faites-vous de ce nouveau revers?

On n’a pas joué. On a été mauvais du début à la fin. On est passés à travers de nôtre match. Quand tu n'es pas capable de faire trois passes de suite... On n’a rien montré.

La fatigue du match de Coupe de France à Paris, mercredi (défaite 2-0), a-t-elle pu peser dans les jambes?

Il y avait peut-être un peu de fatigue du match de Paris, mais collectivement on n’était pas ensemble. On n'a pas couru ensemble pour récupérer le ballon et quand on l’avait. C’est un non-match de notre part ce soir. On n’a pas une occasion, je ne sais même pas si on a tiré une fois au but. On s’est fait bouger dans tous les domaines.

Ce constat est récurrent depuis le début de l'année...

Non, ce n'est pas récurrent car sur certains matchs, il y avait des choses plus ou moins intéressantes dans la sortie du ballon, dans la circulation... Ce soir, on a été nuls du début à la fin. Il n'y avait pas de liant dans notre jeu. On est dans le dur. Quand tu ne marques pas, tu ne gagnes pas et t’es dans le dur.

Quelle est la solution?

Il faut retrouver nos valeurs et que tout le monde retrouve un niveau acceptable. Ce soir, tout le monde a été mauvais, moi y compris. Il faut être à l’écoute et ne pas tirer la couverture à soi. Si on veut repartir de l’avant, il faut qu’on soit unis. Tout le monde doit se remettre dans le droit chemin. Il ne faut pas se désunir sinon on va être dans le très, très dur.

Vous sentez que le groupe se désunit?

Certains ne savent pas s’ils vont rester, d’autres crient à l’injsutice quand ils ne jouent pas... Ce sont des petits trucs qu’on constate car on vit avec eux tous les jours. Je comprends que certains soient déçus quand ils ne jouent pas. Mais, quand on joue, il faut montrer de la qualité.