Les rédactions des journaux de Loire, dont «Presse Océan», votent à 88% une motion de défiance

MEDIAS Le syndicat national des journalistes met en cause «une réduction drastique des moyens et des effectifs sans commune mesure avec la baisse du chiffre d'affaires»...

20 Minutes avec AFP

— 

Des exemplaires du journal Presse Océan
Des exemplaires du journal Presse Océan — 20 Minutes

Les rédactions des Journaux de Loire, filiale du groupe Sipa/Ouest-France, ont voté, mardi, à 88% une motion de défiance à l'encontre de leur direction pour dénoncer des réorganisations en cours. Le texte a été voté par 102 journalistes (hors encadrement) sur 116 votants des rédactions du Courrier de l'Ouest, du Maine Libre et de Presse Océan.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) met en cause «une réduction drastique des moyens et des effectifs sans commune mesure avec la baisse du chiffre d'affaires», mais aussi certaines décisions éditoriales selon lui injustifiées. «Nous sommes de moins en moins nombreux pour faire de plus en plus», a indiqué Laurent Huou, délégué syndical Sud à Presse Océan.

Fermeture de rédactions détachées

Les syndicats dénoncent également la fermeture de nombreuses rédactions détachées et le non remplacement d'un départ à la retraite sur deux (13 sur 26), prévus par le plan de réorganisation 2015-2018 des trois Journaux de Loire.

«Aucune explication fournie jusqu'ici par cette direction commune ne justifie de telles orientations ni de telles mesures», estime le SNJ qui demande à l'«Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste» - actionnaire à 99,99% du groupe SIPA/Ouest-France - «d'autres dirigeants, plus respectueux des titres, de leurs histoires, de leurs lecteurs, de leurs personnels et de l'éthique de la presse».

Chute des recettes publicitaires

Le directeur délégué général des Journaux de Loire, Jean-Paul Brunel, a reconnu que le plan de réorganisation «focalise les tensions». Il l’a toutefois justifié en évoquant une chute des recettes publicitaires et notamment des petites annonces de 1,9 million d'euros (-8%) en 2014.

Pour autant les Journaux de Loire, pris dans leur ensemble, ont enregistré un résultat d'exploitation positif de 2,5 millions d'euros. «Un résultat acceptable dans le cadre d'une activité de presse récessive», a commenté Jean-Paul Brunel.