Nantes: Et si vos anciens cahiers, uniformes, ou walkman entraient au musée?

CULTURE Le château des ducs de Bretagne continue sa grande collecte d'objets sur le thème «Grandir à Nantes au XXe siècle» pour une prochaine expo...

Julie Urbach

— 

Nantes, le 7 septembre 2014: le château des ducs de Bretagne
Nantes, le 7 septembre 2014: le château des ducs de Bretagne — Frederic Brenon / 20 Minutes
  • Le musée d'histoire de Nantes lance un nouvel appel à contribution aux Nantais.
  • Plusieurs objets sont recherchés, comme du mobilier, des photos ou encore des vieux jouets...

Vous conservez précieusement des bracelets de naissance, albums photos ou autre accessoires de votre enfance et adolescence? Alors vous intéressez le château des ducs de Bretagne. Afin de réaliser une grande exposition sur le thème de l’enfance à Nantes au XXe siècle, en 2020, le musée a lancé il y a trois ans une grande collecte d’objets liés à la thématique.

«Tous les habitants sont invités à contribuer à la constitution de ce patrimoine en venant au musée déposer, prêter et raconter des objets de leur enfance», indique le château.

Des objets liés à l'éducation

Le musée a déjà reçu de nombreux objets mais a identifié certains manques. En 2018, le musée recherche notamment des mobiliers et photos de chambre d'enfant, des jouets (années 20-30 et 1960-2000), des dessins représentant la vie du quotidien, des produits d'alimentation pour bébé, des objets liés à l'enseignement (médailles, uniformes, journaux lycéens...), des souvenirs de rites religieux ou encore de lieux de loisirs (centre aéré, baignades, cinéma...)

Toute personne désireuse d’apporter de vieilles places de concert, walkman, vieilles bottes de pluie ou journaux intimes (par exemple!) peut donc s’adresser au service de la conservation du musée (02.51.17.49.00 ou collectegrandir(at)chateaunantes.fr). Tout objet incontournable lié à l'adolescence est aussi recherché.

Enrichir les collections

Grâce à ce type de collectes, dont la première a été lancée il y a neuf ans, le musée a réuni des milliers d’objets qui ont permis d’enrichir les collections, en plus des acquisitions. L’exposition «En guerres», qui a fermé ses portes en 2014, contenait d’ailleurs 500 affiches, vêtements ou photos données par des familles, après cinq ans de collecte.