Pays de la Loire: Les nouveaux TER sont arrivés, voilà à quoi ils ressemblent

TRANSPORTS Les trains Régiolis sont désormais en circulation, d'abord sur la ligne Nantes-Angers...  

Julie Urbach

— 

Le premier voyage commercial a eu lieu mardi Lancer le diaporama
Le premier voyage commercial a eu lieu mardi — J. Urbach/ 20 Minutes

A bord, ça sent le neuf et l’étonnement. Ce mardi, autour de 13h30, un Régiolis flambant neuf, train régional de dernière génération, est parti de la gare de Nantes direction Angers pour son premier voyage commercial. «Les baies vitrées sont plus grandes, c’est plus lumineux, remarque tout de suite Baptiste, 24 ans, un habitué de la ligne. On ne se cogne plus la tête sur le porte-bagages, et il y a enfin des prises électriques… Mais les sièges sont encore un peu durs!», sourit Laurène, habitante d’Ancenis qui effectue elle aussi le trajet quotidiennement.

D'abord sur la ligne Nantes-Angers

L’amélioration du confort des passagers, telle est l’une des promesses de la région et de la SNCF, qui viennent donc de mettre en service en Pays de la Loire cinq nouveaux trains Régiolis, livrés par Alstom (quinze autres arriveront d’ici 2016, pour un total de 150 millions d’euros). Ceux-ci circuleront d’abord sur la ligne Nantes-Angers, la plus fréquentée de la région, puis sur la Nantes-Cholet, Cholet-Angers, et Nantes-La Roche-sur-Yon- La Rochelle. «Nous avons voulu un train beaucoup plus accessible grâce à un plancher bas, une vraie prouesse technologique parmi d’autres», indique Jacques Beltran, d’Alstom.

Matériel polyvalent

Le reste se cache derrière son nez au design retravaillé: l’électronique a laissé place à l’informatique mais surtout, il s’agit de matériel bi-modes, qui combine électrique et diesel. «Ces innovations vont permettre à ces trains de circuler sur l’intégralité du territoire ligérien», illustre Stéphanie Dommange, directrice régionale de la SNCF. Concrètement, plus besoin de changer de rame à Clisson lorsque l’on effectue le trajet Nantes-Cholet.

Autre atout, ces Régiolis, qui comptent 218 assises places par rames, devraient encore améliorer la régularité des lignes. «Ce sont comme des rames couteau-suisse qui peuvent remplacer n’importe quel train en cas de problème, continue Stéphanie Dommange. C’est un matériel polyvalent: si jamais il n’y a plus d’électricité, le diesel va prendre immédiatement le relais.»