Maine-et-Loire: 20 ans de prison pour avoir tenté de tuer sa tante pour toucher l'héritage

JUSTICE Marcle Boiteux, 68 ans a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour avoir tenté d'assassiner sa tante, après avoir monté tout un stratagème, afin de toucher l'héritage...

20 Minutes avec AFP

— 

Le procès se tient pendant trois jours devant la cour d'assises du Maine-et-Loire, à Angers.
Le procès se tient pendant trois jours devant la cour d'assises du Maine-et-Loire, à Angers. — Pascal Guyot AFP
 La cour d'assises du Maine-et-Loire a condamné vendredi à 20 ans de réclusion Maurice Boiteux, 68 ans, reconnu coupable d'avoir tenté d'assassiner sa tante de 90 ans dont il était le seul héritier pour rembourser ses dettes, en 2012 à Doué-la-Fontaine.

 

L'ancien conducteur de bus, qui habitait dans les Vosges, n'avait pas hésité à parcourir 1.200 km aller-retour, soit plus de 10 heures de route en une nuit, pour venir se débarrasser de sa tante résidant à Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire).

La victime n'avait pas pu voir son agresseur

Le 24 juillet 2012 au matin, Yvette Boiteux, avait été retrouvée gisant dans son sang, inanimée, sur le sol de sa cuisine. Le domicile semblait avoir été fouillé mais aucun objet de valeur n'avait été dérobé.

Attaquée par-derrière, la vieille dame, victime de plusieurs coups portés à la tête et qui a frôlé la mort, n'a pu être interrogée que plusieurs semaines après l'agression et n'a pu donner de description de son agresseur. Une rumeur sur un rôdeur s'était alors propagée dans la commune tandis que les enquêteurs avaient exploré plusieurs autres pistes, sans résultat.

Un alibi qui tombe à l'eau

Finalement le neveu, seul héritier, faisait office de principal suspect. D'autant plus qu'il croulait sous les dettes.

Il affirmait que le soir où sa tante avait été agressée, il avait fait une balade à vélo, ce qu'a confirmé un témoin, avant de passer la soirée seul à son domicile. Le lendemain matin, il avait joué au tennis de 8h à 10h. Ce qui laissait peu de temps pour commettre le forfait à 600 km de là.

Mais le témoin qui disait l'avoir vu à vélo a reconnu en garde à vue avoir menti à la demande du neveu qui était son ancien employeur.

L'héritage comme motivation

L'alibi de Maurice Boiteux s'est écroulé et, placé en garde à vue le 16 avril 2013, il a reconnu avoir tenté de tuer sa tante pour percevoir plus rapidement son héritage. Pour ne pas être repéré, il avait laissé ce jour-là son téléphone portable chez lui, avait maquillé les plaques de son véhicule avant de franchir les péages d'autoroute et réglé toutes ses transactions en liquide.

Il avait tenté de maquiller son geste en cambriolage et repris la route pour revenir à son domicile à 7h le lendemain matin.