Nantes: Jugés pour avoir jeté de la farine et des œufs sur la maison d'Ayrault

JUSTICE Six militants bretons Bonnets rouges, qui avaient manifesté devant le domicile de l'ex-Premier ministre en juin, comparaissent ce mardi...

Frédéric Brenon

— 

Julien Deroux et les Bonnets rouges au tribunal de Nantes, le 4 août 2014.
Julien Deroux et les Bonnets rouges au tribunal de Nantes, le 4 août 2014. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Six militants «Bonnets rouges» seront jugés ce mardi par le tribunal correctionnel de Nantes pour une action menée devant le domicile de Jean-Marc Ayrault le 28 juin 2014.

Ce jour-là, à l'issue d'une manifestation pour le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne à Nantes, les six militants bretons avaient jeté de la farine et des œufs sur le portail de la maison du député nantais et ex-Premier ministre en en scandant «Naoned e Breizh» (Nantes est breton). Un acte qui leur vaut désormais le surnom ironique de «Gang des crêpiers», donné par leur entourage.

Les six hommes sont aussi suspectés d'avoir bousculé et invectivé les deux policiers chargés de la surveillance du logement. Trois d'entre eux sont également poursuivis pour port d'armes prohibées, des couteaux ayant été trouvés sur eux.

Jean-Marc Ayrault, lui-même, n'a pas porté plainte

Ces poursuites sont jugées disproportionnées par les Bonnets rouges. Ils appellent d'ailleurs à un rassemblement de soutien ce mardi, à partir de 14h, devant le palais de justice de Nantes. «On considère que des œufs et de la farine, c'est loin d'être un acte très grave, estime un des prévenus, Pierre Robcis. Ayrault lui-même l'a dit, en disant que ça partait avec la pluie, d'ailleurs il n'a même pas porté plainte. (...) Tout cela est uniquement politique.»

Le procès de six Bonnets rouges devait initialement se tenir le 4 août. Mais l'avocat des prévenus, Me Yann Choucq, avait soulevé une question prioritaire de constitutionnalité, liée à «l'imprécision du texte qui réprime la dégradation et les dommages de la propriété d'autrui», entraînant le report de l'audience. Un comité de soutien s'était déjà rassemblé ce jour-là devant le palais de justice.