Nantes: Art 3 F, le salon d'art contemporain pour tous les publics, jusqu'à dimanche

CULTURE Près de 25.000 visiteurs sont attendus jusqu'à ce dimanche soir au parc des expos de la Beaujoire pour la seconde édition du salon d'art contemporain Art 3 F... 

Frédéric Brenon

— 

Art 3 F vient à Nantes pour la deuxième année.
Art 3 F vient à Nantes pour la deuxième année. — Art 3 F

Après une première édition très remarquée l'an passé, le salon international d'art contemporain Art 3 F (street art, pop art, figuratif...) est de retour au parc des expositions de la Beaujoire ce week-end. L'événement, qui rassemble 130 exposants artistes et galeristes évoluant dans les domaines de la peinture, la sculpture, la photographie ou la céramique, se présente volontiers comme un rendez-vous de l'art «abordable».

Des bonnes affaires

Certes, certaines œuvres cotées signées de noms prestigieux (Combas, Soulages, Di Rosa, Pasqua...) s'emporteront moyennant plusieurs dizaines de milliers d'euros. Mais la majorité des 2.500 créations présentées au salon se veulent accessibles à un «public non spécialiste mais qui va marcher au coup de coeur». 

«Pour quelques centaines d'euros, parfois moins, on peut déjà avoir de superbes choses, assure Serge Beninca, directeur d'Art 3 F. Les exposants, les galeries en particulier, sont là aussi pour conseiller, rassurer si besoin. Et faciliter la transaction par des offres avantageuses.» Mais le public peut, bien entendu, venir pour le simple plaisir des yeux. «Il y a des artistes issus d'une dizaine de nationalités. Des choses fantastiques à voir, très diverses», promet Serge Beninca.

Un débouché nécessaire pour les artistes

Pour les galeries et les artistes, aussi, le salon représente une belle opportunité, a fortiori dans une période économique plutôt morose. 

«Les salons, c'est vraiment la tendance, estime Jeanne, artiste peintre basée à La Baule. Les galeries souffrent depuis quelques années. Alors que beaucoup de gens hésitent à pousser la porte des galeries, on trouve dans ce salon un public bien plus varié. C'est très intéressant pour faire des rencontres, se faire connaître. Et vendre bien entendu.»

Orlinda Lavergne, gérante d'une galerie à Colmar (Haut-Rhin), ne dit pas le contraire. «A Paris, où sont installés énormément d'artistes, le marché est saturé. Il y a vraiment besoin d'aller conquérir de nouveaux marchés. Un salon comme Art 3 F permet de sortir des murs, rencontrer des gens de toute la France. On lève ainsi la barrière avec l'art contemporain, considéré parfois comme trop élitiste.»

Près de 25.000 visiteurs sont attendus jusqu'à dimanche soir.