Saint-Nazaire: Un homme jugé pour avoir laissé son ami ivre prendre le volant

JUSTICE Un automobiliste de 46 ans avait percuté une jeune femme près de Saint-Nazaire en avril 2012 alors qu'il roulait avec 2,31g d'alcool dans le sang. Les deux étaient décédés dans le choc...  

Frédéric Brenon

— 

Maitre Fathi Benbrahim est l'avocat de l'homme poursuivi pour avoir laissé son ami prendre le volant ivre
Maitre Fathi Benbrahim est l'avocat de l'homme poursuivi pour avoir laissé son ami prendre le volant ivre — Fabrice Elsner

Procès peu ordinaire ce mardi au tribunal correctionnel de Saint-Nazaire. Un homme est jugé pour homicide involontaire après avoir laissé son ami prendre le volant et commettre un accident mortel alors qu'il était ivre.

Le drame s'est produit il y a déjà plus de deux ans, dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2012 à Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire: un conducteur de 46 ans originaire de La Baule avait emprunté la 2x2 voies Saint-Nazaire-Nantes à contresens avant de percuter violemment une voiture arrivant en face. Charlotte Lagache, une étudiante de 23 ans, était tuée dans le choc. Le chauffard décédait également. L'autopsie révélera qu'il avait 2,31 g d'alcool/litre de sang.

Le partenaire de boisson est-il co-responsable?

Le conducteur fautif avait passé une partie de la soirée à boire avec un ami. Ce dernier s'était fait raccompagner chez lui une heure avant l'accident, puis avait laissé l'automobiliste ivre poursuivre sa route au volant.

Pointant du doigt la responsabilité de l'ami, la famille de Charlotte Lagache n'a pas voulu laisser l'affaire en l'état. Le parquet de Saint-Nazaire avait pourtant classé la plainte sans suite dans un premier temps.

«On ne peut pas toujours imputer la responsabilité à un tiers, estime l'avocat du prévenu, Fathi Benbrahim, interrogé par Presse Océan. Il faut considérer que les gens sont majeurs et responsables de leurs actes. Si mon client est condamné, ce cas fera jurisprudence et ouvrira le champ à de nombreuses procédures.»

Le jugement sera rendu le 10 mars.

Un jugement similaire à Montpellier

Un cas similaire a été jugé par la cour d'appel de Montpellier le 18 décembre dernier. L'arrêt a été mis en délibéré au 5 février mais six mois de prison ferme ont été requis par l'avocat général contre un homme ayant laissé son ami ivre repartir en conduisant. Celui-ci avait, juste après, fauché et tué une jeune femme de 18 ans. L'ami du conducteur avait été condamné en première instance, en mars 2014, à un an de prison, dont six mois ferme, pour «homicide par imprudence».