Loire-Atlantique: La mortalité sur les routes stable en 2014, malgré un été meurtrier

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Soixante et une personnes ont perdu la vie sur les routes de Loire-Atlantique en 2014, soit autant qu'en 2013...

Frédéric Brenon

— 

Vendeheim le 25 05 2011. Exercice pompier sur carambolage.
Vendeheim le 25 05 2011. Exercice pompier sur carambolage. — G. VARELA / 20 MINUTES

Les chiffres dramatiques de l'été laissaient augurer d'une mauvaise année. Pourtant, il n'en a rien été: avec 61 personnes tuées sur les routes de Loire-Atlantique entre le 1er janvier et le 31 décembre, le bilan 2014 est lourd, certes, mais identique à celui de 2013, selon les chiffres publiés par la préfecture. En comparaison, il y a eu l'an passé 25% d'accidents mortels en moins qu'il y a deux ans (80 morts en 2012).

«On peut être déçus de ne pas avoir pu poursuivre la baisse, mais, ce qui est positif, c'est que le département ne suit pas la tendance nationale marquée par des chiffres à la hausse», commente-on au cabinet du préfet de Loire-Atlantique.

Du mieux chez les motards et piétons

La grande majorité des victimes sont des automobilistes (39 morts sur un total de 61). Les décès des motos et cyclos sont en baisse de 33% par rapport à 2013, tandis que le volume de piétons tués a diminué de 46%.

Les jeunes restent particulièrement exposés puisque les conducteurs âgés de 25 à 44 ans sont les plus représentés parmi les victimes (23 morts), suivis de la tranche d'âge 18-24 ans (20 morts).

15h-18h, tranche horaire noire

Contrairement aux idées reçues, la majorité des accidents mortels n'interviennent pas le soir, mais entre 15h et 18h (12 tués). La tranche horaire 18h-21h ne vient qu'en deuxième position (10 tués). Les mois les plus meurtriers auront été juin, août et octobre (8 tués) 2014. Les jours les plus funestes ont été le jeudi et le dimanche (12 morts).

Enfin, à y regarder de plus près, c'est dans la grande agglomération nantaise que l'évolution 2013/2014 est la plus positive (25% de tués en moins), tandis que dans la grande agglomération nazairienne le nombre de morts sur la route a augmenté d'environ 30%.