FC Nantes: «Notre pire ennemi, c'est vraiment nous-mêmes», estime Johan Audel

INTERVIEW L'attaquant nantais est persuadé que le FC Nantes peut battre presque n'importe qui...

David Phelippeau
— 
L'attaquant nantais Johan Audel

Credit:Pierre Minier/Ouest Medias/Sipa/OUESTMEDIAS_1027.37/Credit:Pierre Minier/Ouest Media/SIPA/1412041107
L'attaquant nantais Johan Audel Credit:Pierre Minier/Ouest Medias/Sipa/OUESTMEDIAS_1027.37/Credit:Pierre Minier/Ouest Media/SIPA/1412041107 — SIPA

Samedi soir, le FC Nantes (8e) est allé s’incliner (1-0) à Monaco. Pour la troisième fois d’affilée, les Canaris n’ont pas marqué... Un problème récurrent cette saison. Interrogé à sujet, Johan Audel, qui songe toujours à un départ avant la fin du mercato compte tenu de son faible de temps de jeu, n’a pas voulu donner son avis. «Moi, je ne joue pas trop», a-t-il justifié avant de finalement répondre à quelques questions.

Comment voyez-vous la suite du championnat?

Tout le monde dit qu’il faut quatre victoires pour être maintenu mais, moi, j’aimerais qu’on aille plus loin et qu’on ait un meilleur classement que l’année dernière (13e). Les quatre premières places sont «distribuées» à Lyon, Marseille, Paris et Saint-Etienne, mais après on peut se battre pour la 6e ou la 7e. Tenez, la 8e place ça serait le top. A part les gros, on peut battre n’importe qui. Je ne m’enflamme pas. Notre pire ennemi c’est vraiment nous mêmes.

N’est-ce pas la fin d’un cycle pour tout ce groupe? Y a-t-il un peu d’usure?

J’ai connu beaucoup de clubs mais honnêtement, je n’ai jamais vécu ce que je vis ici. Dans l’état d’esprit, tout le monde est irréprochable. Les jeunes sont à l’écoute. Bammou, après quatre matchs, il aurait pu s’enflammer mais non... Nous, on n’a pas de Fékir ou Lacazette. Il n’y a pas de stars. L’état d’esprit, c’est ce qui fait notre force.

Une qualification contre Lyon, mardi, en Coupe de France, ferait du bien...

C’est une belle aventure. Il faut la jouer à fond. On n’est pas favoris même si on est chez nous. Oui, la Coupe, ça peut faire du bien à tout le monde et ça donne du temps à ceux qui n’en ont pas. Guingamp l’a fait l’année dernière,  pourquoi pas nous? J’espère que la défaite en Coupe de la Ligue (à Lille) nous a servi de leçons.