FC Nantes: «Pourquoi ils n'avaient pas envie? Allez leur poser la question!», peste Der Zakarian

INTERVIEW L'entraîneur du FCN n'a toujours pas digéré l'élimination de sa formation en quart de finale de la Coupe de la Ligue, mercredi, à Lille (2-0)...

David Phelippeau
— 
L'entraîneur nantais Michel Der Zakarian.
Credit:Pierre Minier/Ouest Media/SIPA
L'entraîneur nantais Michel Der Zakarian. Credit:Pierre Minier/Ouest Media/SIPA — SIPA

L’entraîneur du FC Nantes Michel Der Zakarian n’a pas du tout digéré l’élimination (2-0) à Lille de ses joueurs en quart de finale de la Coupe de la Ligue, mercredi. La mâchoire serrée, le regard sombre et toujours debout pour bien signifier qu’il n'avait pas envie que l'entretien ne dure trop longtemps, le coach nantais s'est exprimé. Et il ne comprend toujours pas «le manque de détermination» de ses hommes, qui seront à Monaco, samedi.

Vous maintenez ce que vous avez dit, c’est-à-dire que votre équipe n’a pas eu l’envie nécessaire de gagner?

Je le réitère. On a été incapables de mettre de l’intensité, de l’envie, de se surpasser pour passer ce tour. Je n’ai pas senti une équipe qui avait envie de se qualifier pour la demi-finale. Ça manquait d’allant offensif. Je change les joueurs mais je fais toujours le même constat. Quand tu es joueur professionnel, tu rêves de jouer des quarts de finale ou des demi-finales...

Comment ne peut-on pas avoir envie alors qu’on est à deux matchs du stade de France?

Je ne sais pas. Les joueurs ont des langues, allez leur demander. Moi, je suis déçu de ce qu’on a démontré sur ce match. Il faut montrer d’autres arguments pour gagner des rencontres. On peut manquer des passes, des contrôles, mais dans l’envie de faire mal à l’adversaire de s’engager, on se doit d’y être. C’était un match pépère, gentillet, mais surtout pas un match de coupe.

Les absences de Djilobodji et Hansen vous ont pénalisé?

Mais ce sont deux éléments qui jouent derrière ou au milieu. Le problème,  c’est devant. Offensivement, on n’a plus de vérité. Dans tout ce qu’on fait au football, il faut s’engager mais là on manque de détermination dans les trente derniers mètres. Sur ce match, je regrette qu’on n’ait pas joué tout simplement.