Nantes: Des études pour augmenter la capacité de la ligne 4 de busway

TRANSPORTS Elus et techniciens vont se pencher sur les solutions permettant de répondre à la saturation de la ligne 4. Des busways plus grands pourraient faire leur apparition...  

Frédéric Brenon

— 

Lancée fin 2006, la ligne 4 de busway effectue en moyenne 36.000 voyages par jour en 2014.
Lancée fin 2006, la ligne 4 de busway effectue en moyenne 36.000 voyages par jour en 2014. — © Fabrice ELSNER

Chaque jour, aux heures de pointe, c’est la même rengaine: les voyageurs de la ligne 4 s’entassent sur le quai et se serrent pour tenir à l’intérieur du busway. «C’est de pire en pire, analyse Chloé, une habituée.  Entre Duchesse-Anne et Gréneraie, c’est de la folie. On a parfois l’impression d’être dans une bétaillère.» 

De 17.000 voyages quotidiens à son lancement fin 2006, la ligne 4, victime de son succès, en est désormais à plus de 36.000 par jour. La saturation est atteinte. «Cette surcharge constitue aujourd’hui, avec celle de la ligne 1 de tram, le principal point noir du réseau Semitan», considère Jean-Bernard Lugadet pour la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut).

Des nouveaux busways de 24 m

Consciente du problème, le maire PS de Nantes, Johanna Rolland, vient d’annoncer le lancement d’études visant à «augmenter la capacité de la ligne 4». «On ne peut plus renforcer la fréquence: on est déjà au maximum aux heures de pointe, confie Alain Boeswillwald, directeur de la Tan. L’idée serait peut-être d’intégrer des busways plus grands, longs de 24 m au lieu de 18 m, pour mettre plus de monde. Les quais le permettent. Une décision sera sûrement prise par les élus d’ici la fin d'année 2015.» Il faudrait ensuite compter environ un an de mise en œuvre.

Syndicat majoritaire à la Tan, la CFDT connaît bien le sujet. «Des bus de 24 m amèneront sans doute un peu plus de confort mais ne répondront pas à tous les besoins, surtout s’ils continuent d’augmenter, craint Chantal Roullaud, déléguée syndicale. La solution idéale, ce serait un tramway, mais, là, ce n’est plus du tout les mêmes coûts.»

Des véhicules électriques?

L’option du tramway est écartée par les élus. Mais l’énergie électrique qu'il utilise, elle, est séduisante. «Si l’on augmente la capacité des busways, on aimerait aussi qu’ils soient plus propres», confirme Pascal  Bolo, premier adjoint au maire de Nantes et président de la Semitan. 

«L’électrique, c’est une bonne idée, réagit la CFDT. Mais c’est une nouvelle technologie à la Tan, il faudra que le système soit opérationnel. Je sais que d'autres villes fonctionnnent déjà avec. Au niveau du bruit émis, ce serait un gros plus pour les riverains. Ce serait aussi de la vigilance supplémentaire demandée à nos conducteurs par rapport aux traversées sur les voies.»

Une réflexion pour de nouveaux terminus

En parrallèle de l'augmentation de capacité de la ligne 4, Nantes métropole réfléchit aussi à étendre son tracé au nord, au-delà de la place Maréchal-Foch, voire au sud, pour se rapprocher du centre-ville de Vertou. Rien ne presse, toutefois, sur ce dossier semble-t-il.