FC Nantes: «On s’en sort bien», souffle Issa Cissokho

FOOTBALL Au terme d'un match insipide, les Canaris ont fait match nul (0-0) contre Metz, ce dimanche, à la Beaujoire...

David Phelippeau
— 
L'attaquant du FC Nantes Yacine Bammou.
L'attaquant du FC Nantes Yacine Bammou. — Pierre Minier / Ouest Médias / SIPA

A très vite oublier. Le FCN (7e) et Metz (17e) ont infligé une punition pour les yeux des quelque 28 000 spectateurs de la Beaujoire, ce dimanche. Un 0-0 vivant pendant les vingt premières minutes, puis lénifiant le reste du temps. Sans un Riou solide dans la cage nantaise devant Ngbakoto (50e) et sans un brin de chance en toute fin de match (barre transversale de Sarr), les Canaris auraient très bien s’incliner contre une formation, qui avant ce match n'avait pris pourtant en L1 qu'un point sur 21 possibles! 

>> Lire l'entretien avec l'entraîneur Michel Der Zakarian 

Aucun tir cadré pour les Nantais

«On s’en sort bien, avouera ainsi le défenseur nantais Issa Cissokho. Le contenu n’a pas été si bon que ça. Il va falloir mieux jouer si on veut prendre des points...»  Il faudra réussir à cadrer les tirs accessoirement aussi... Nantes n’a pas cadré une seule frappe contre Metz. Le début de match alerte, surtout avec le côté droit animé par Cissokho et Bedoya, augurait de belles choses pourtant. «On a fait une bonne entame, confie Yacine Bammou. Puis, on s’est endormi. On n’a pas réussi à élever notre niveau de jeu. On s’est mis au niveau de Metz.» Gomis: «On s’est mis en difficultés seuls avec des pertes de balle bêtes.» Et très nombreuses.

Montrer un autre visage à Lille, mercredi

Pour ne citer qu’eux, Nkoudou n’a jamais été en mesure d’éliminer et Bangoura n’était pas dans le bon tempo. Preuve que les Canaris ont senti le vent de la défaite, ils ont tous déclaré chacun leur tour: «On n’a pas perdu, tout n’est donc pas négatif.» En attendant, Nantes se rendra, dès mercredi, à Lille en quart de finale de la Coupe de la Ligue. «Et si on montre ce visage, surtout celui de la seconde période, on sera en grosses difficultés», conclut Alhadhur.