Loire-Atlantique: Les hommages à Charlie Hebdo se poursuivent ce dimanche

TERRORISME Place Royale, au stade de la Beaujoire, sur la plage de La Baule: les initiatives exprimant une solidarité avec les victimes des attentats parisiens continuent...

Frédéric Brenon

— 

Objets déposés place Royale en hommage aux victimes des attentats parisiens.
Objets déposés place Royale en hommage aux victimes des attentats parisiens. — F. Brenon / 20 Minutes

Au lendemain des énormes rassemblements en Loire-Atlantique, où près de 100.000 personnes ont défilé silencieusement dans les rues, les hommages aux victimes des attentats parisiens se sont poursuivis ce dimanche.

A Nantes, des centaines de personnes se sont recueillies tout l'après-midi autour de la fontaine de la place Royale. De plus en plus de fleurs, messages de soutien et dessins y sont en effet déposés. Des bougies sont également allumées. A quelques mètres de là, l'artiste de rue d'origine allemande, Helmut, bien connu des habitués du centre-ville, a lui aussi rendu hommage aux victimes et à la mobilisation citoyenne qui s'exprime depuis samedi.

L'artiste de rue Helmut rend hommage à la mobilisation citoyenne du week-end. - F. Brenon / 20 Minutes

Emotion à la Beaujoire

Au stade de la Beaujoire, où le FC Nantes affronte le FC Metz depuis 17h, une émouvante minute de silence a été effectuée avant la rencontre. Les joueurs nantais ont également arboré un brassard noir, tandis que de nombreux spectateurs ont brandi des panneaux sur lesquels on pouvait lire «Je suis Charlie».

 

La veille, plus de 75.000 personnes avaient participé à la marche blanche en centre-ville. Une affluence exceptionnelle, inégalée depuis 1983 et la grande manifestation pour la «défense de l'école libre».

Immense chaîne humaine à Pornichet

A La Baule, Pornichet et au Pouliguen, une initiative très spectaculaire a également marqué les esprits ce dimanche: une immense chaîne humaine solidaire, longue de plusieurs kilomètres et constituée de plus de 5000 personnes, s'est formée sur la plage.