HBC Nantes: «Je ne peux rien reprocher à mes joueurs», insiste Thierry Anti

HANDBALL Ce jeudi soir, le HBC Nantes a battu le record d’affluence (10 753 spectateurs) d’un sport en salle, mais s’est incliné d’un but (26-27) contre Paris…

David Phelippeau
— 
Le Parisien Hansen s'élève au-dessus de la défense nantaise.
Le Parisien Hansen s'élève au-dessus de la défense nantaise. — Pierre Minier / Ouest Médias / SIPA

Le coup est passé tout proche. Pourtant privé de deux joueurs cadres (Maqueda et Entrerrios), le HBC Nantes et sa jeune garde (5 joueurs du centre de formation sur la feuille de match) ont bien failli faire chuter (26-27) le PSG (2e désormais de D1). Paris et sa pléiade de stars (Abalo, Hansen, Honrubia…) n’auront finalement jamais réussi à décrocher les Nantais, complètement transcendés par les 10 753 spectateurs (nouveau record d’affluence pour un sport de salle en France). Beaucoup prédisaient une claque aux hommes de Thierry Anti (l'entraîneur et le président eux-mêmes), ce sont les Parisiens qui l’ont évité au final de justesse. 

L'exclusion de Camarero, le tournant

«Cela se joue à des détails, estime le président Gaël Pelletier. Thierry Omeyer (le gardien du PSG) n’a pas été merveilleux tout le match mais il a fait les arrêts qu’il faut et quand il faut…» Distancés d’un but à la pause (13-14), les Nantais sont ensuite restés au coude à coude avec leurs adversaires. A deux minutes de la fin, intervient alors le tournant du match, à entendre les Nantais. Camarero provoque un penalty et prend un 3e deux minutes, synonyme d’exclusion. «L’arbitrage a été correct toute la partie, mais cette décision nous tue, explique, très calmement, l’entraîneur Thierry Anti. C’est ça qui a fait la différence… On se retrouve à 5 contre 6, avec dans mes rangs deux joueurs du centre de formation. C’est compliqué.» 

Dans une telle configuration, contre une formation lambda, l’issue aurait peut-être été plus positive. Contre le PSG de Barachet, Hansen, Gunnarsson ou Omeyer, la défaite devient inéluctable.

Une ambiance exceptionnelle

Gaël Pelletier reste positif: «Je suis fier de la soirée, le public a poussé jusqu’au bout. L’équipe n’a rien lâché.» Un sentiment partagé par le coach nantais: «Je suis fier de mes joueurs. Je ne peux rien leur reprocher. Ils ont mouillé le maillot et n’ont rien lâché. L'année 2014 est finie, mais je suis sûr qu’en 2015, on est capables de remonter au classement.» Le HBC termine l’année à la 5e place de la LNH à quatre points du podium…